Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Quand Carlos Ghosn balance à Tokyo sur le diesel, sur PSA, sur Bosch...

Pauline Ducamp ,

Publié le

Lors de sa session questions-réponses avec les médias internationaux, au premier jour du salon de Tokyo, Carlos Ghosn a peu parlé du Japon. Il a balayé l’actualité du monde automobile, distribuant les tacles au passage. 

 

Les occasions de croiser Carlos Ghosn n’étant pas légion, quand il concède une heure de son temps à une session de questions-réponses, les journalistes essaient de balayer le maximum de thèmes avec le président du directoire de l’Alliance Renault-Nissan.

Mercredi 28 octobre, lors de la première journée du salon de Tokyo, Carlos Ghosn n’a donc pas vraiment parlé du marché japonais avec la presse internationale, mais plutôt du diesel, des émissions de polluants mais aussi du marché automobile. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que très loin là-bas, il n’a pas mâché ses mots. Petit florilège.

Sur le marché automobile mondial

Carlos Ghosn a brossé un portrait assez noir du marché en 2015. "Le marché automobile ralentit. Après la crise de 2008, nous (les constructeurs) avions l’habitude de croitre de 4 à 5% par an. En 2015, le marché reste stable, par rapport à 2014, a affirmé la PDG de Renault. Si nous sommes chanceux, l’année prochaine, nous pouvons espérer 1,5% de croissance. Si nous sommes chanceux ! Maximum 2%. Et nous ne voyons rien de meilleur après cela … Nous sommes à une époque où la croissance va être particulièrement limitée".

Sur les écarts d’émissions entre homologation et conduite réelle

Interrogé sur le scandale Volkswagen, Carlos Ghosn a accepté de répondre, alors que Renault se refusait jusqu’à présent à tout commentaire. Le PDG du groupe français s’est d’abord montré surpris que les consommateurs découvrent que les chiffres de consommation et d’émissions annoncés par les constructeurs ne correspondent pas à ce qui se passe sur la route.

Il a ensuite critiqué la mise en place d’un protocole de tests en conduite réelle, le cycle RDE, adoptée (ironie du sort) le 28 octobre. "Il y des standards pour les mesures. Ils ne sont pas décidés par les constructeurs automobiles, mais par l'Union Européenne. Que les gens trouvent des résultats totalement différents quand ils conduisent dans la rue est normal, car personne ne conduit selon les standards européens, a souligné Carlos Ghosn. Ensuite, deux choses sont différentes : la triche et la différence entre les standards (choisis par la Commission européenne) et l’expérience réelle de conduite. Mais qu’est-ce que l’expérience réelle de conduite ? Vous conduisez votre voiture différemment de moi. Devra-t-on différencier aussi entre les segments ? Nous ne devons pas laisser penser les consommateurs qu’ils peuvent avoir une information sur un papier qui correspond à l’usage réel de la voiture. Cela n’arrivera pas car cela dépend aussi du conducteur".

Sur PSA

C’est le choix de l’autre groupe français de publier les résultats en condition de conduite réelle de ses véhicules qui a ensuite été remis en cause par Carlos Ghosn. "Les constructeurs ne mesurent pas les émissions comme ils veulent. Il y a des règles et des tolérances. Nous devons juste suivre ce que les gouvernements décident", a fermement rappelé Carlos Ghosn, avant d’enfoncer le clou : "Si tous les constructeurs disent : ‘J’ai mes mesures des émissions en conditions réelles de conduite’, les clients seront perdus. Comment choisir entre trois marques si chacune a sa propre expérience de conduite, sans une même base pour mesurer ?"

Sur le diesel

Cette fois-ci, c’est l'équipementier Bosch qui en prend pour son grade (entre les lignes). Fournisseur du logiciel détourné par Volkswagen, l’Allemand mène depuis plusieurs années une campagne de communication aux Etats-Unis intitulée "Clean Diesel", pour démontrer les avantages de ce mode de combustion pour la protection de l’environnement. "Dans les pays où le diesel n’est pas présent, faire une campagne sur le ‘clean diesel’ n’est pas un bon plan de communication en ce moment", résume vertement Carlos Ghosn, qui ne prédit pas un grand avenir au diesel. "Nous avons atteint le pic de ventes de diesel en Europe", conclut-il. A bon entendeur … 

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

07/11/2015 - 18h56 -

vive les voitures pas truquées Il serait judicieux d'arrêter de polluer la planète avec des truquages et la Deutsche Qualität
Répondre au commentaire
Nom profil

02/11/2015 - 08h51 -

Ce que dit Carlos Ghosn est plutot intelligent, logique et vrai. Cela remet pas mal de pendules à l'heure. Mais...mais c'est incomplet. Carlos Ghosn aurait du aller plus loin et appeler l'Europe a mettre à jour son ses protocoles de tests pour qu'ils soient plus proches de la vie réelle. C'est possible et c'est ce que Carlos Ghosn omet de dire. Pourquoi ? Probablement parceque les cycles officiels sont "favorables" aux moteurs Renault-Nissan. Je ne vois pas trop d'autres raisons possibles.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/10/2015 - 08h37 -

ilse sent pas très à l'aise sur le sujet le père carlos....Peur de voir ses voitures contrôlées hors cycle d'homologation?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle