Quand Barack Obama tacle les climatosceptiques et appelle à aller plus vite sur les négociations climatiques

A l'occasion d'une réunion sur l'Arctique, le Président Barack Obama a appelé à agir plus vite contre le réchauffement climatique et juge qu'il n'est plus temps de contester les données scientifiques.

Partager


Barack Obama lors de son discours à Anchorage. CC Chaine KTU

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A Anchorage en Alaska, à l'occasion d'un sommet sur l'Arctique, Barack Obama a tiré le signal d'alarme sur le changement climatique. "Nous n'agissons pas assez vite, nous n'avançons pas assez vite (...) Le climat change plus rapidement que nos efforts pour y répondre", a-t-il lancé. Le président américain a surtout mené la charge contre les climatosceptiques. "La science est de plus en plus précise et prouve que ce qui fut une menace lointaine est désormais une réalité". Il ajoute : "Ce n'est plus l'heure de plaider l'ignorance (...) Ceux qui veulent ignorer la science sont de plus en plus seuls, ils sont sur une île qui est en train de disparaître".

Une émission TV pour sensibiliser

Par ailleurs, le président américain a annoncé qu'il allait participer à une émission de survie dans le grand Nord avec l'aventurier Bear Grylls, connu pour l'émission "Man versus Wild", afin de sensibiliser sur la protection de l'environnement. Il souhaite ainsi expliquer les engagements des Etats-Unis, deuxième émetteur de CO2 au monde, pour diminuer leurs émissions : -26% à -28% d'ici 2025 par rapport en 2005. Pour cela, des normes très strictes sur les rejets des centrales électriques au charbon vont être appliquées.

Ces déclarations en faveur de la lutte contre le changement climatique ne suffisent pas à calmer la colère de plusieurs associations environnementales. Elles dénoncent toujours le feu vert donné à Shell par Washington pour forer au large de l'Alaska. Barack Obama assume sa décision et justifie : "Même si nous accélérons la transition (énergétique), notre économie doit encore s'appuyer sur le pétrole et le gaz", a-t-il expliqué. Il assure que de strictes mesures de sûreté seront appliquées pour éviter tout accident. Mais il ajoute aussi que l'indépendance énergétique et la sécurité d'approvisionnement des Etats-Unis sont une priorité de son administration.

Ludovic Dupin

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS