Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quand Arnaud Montebourg fait le point sur le protectionnisme européen

, ,

Publié le

Le ministre du Redressement producif est revenu lors de l'émission Des Paroles et des Actes sur les différentes mesures prises récemment pour protéger différents secteurs de l'industrie européenne, citant notamment celles concernant les panneaux photovoltaïques, la porcelaine et l'éthanol américain.

Quand Arnaud Montebourg fait le point sur le protectionnisme européen © France Télévisions

Pour son deuxième débat de l'émission Des Paroles et des Actes jeudi 24 janvier, Arnaud Montebourg était opposé à Laurent Wauquiez, qui fut notamment ministre des affaires européennes entre novembre 2010 et juin 2011. Face aux accusations de n'avoir pas assez défendu les intérêts du groupe Bic - après le retrait par Bruxelles de la taxe anti-dumping qui protégeait le français des importations de briquets en provenance de Chine - le ministre du Redressement productif a commencé par dénoncer "une Europe ultralibérale".

"Monsieur Karel de Gucht, qui est le commissaire européen au commerce extérieur, (..) dispose de moyens" pour mettre en place des barrière douanières, "pour protéger contre les atteintes à nos intérêts industriels européens", a rappelé Arnaud Montebourg, qui n'a visiblement pas digéré que le commissaire européen ait critiqué ses positions protectionnistes lors d'une visite à Paris le 16 janvier dernier.

"Nous ne pouvons pas continuer à être aussi naïf et nous devons commencer à réviser un certain nombre de nos positions" en matière de protection de l'industrie européenne, a mis en avant le ministre et défenseur du thème de la démondialisation pendant la campagne des primaires socialistes en 2011.

Arnaud Montebourg a ensuite cité des exemples de mesures prises récemment par Bruxelles pour protéger différents secteurs.

Panneaux photovoltaïques

"C'est la première fois qu'une enquête à été ouverte pour contrôler l'importation des panneaux photovoltaïques chinois et de prendre des mesures antidumping", a dit le ministre, précisant qu'il s'agissait d'une "demande franco-allemande". La Commission européenne a en effet annoncé, le jeudi 8 novembre 2013, avoir ouvert une enquête portant sur les subventions visant les importations de panneaux solaires chinois à la suite d'une plainte du groupement d'entreprises européennes EU ProSun. Une mesure qui viendra compléter la décision prise le 1er octobre par le gouvernement d'augmenter d'environ 5% l'un des tarifs subventionnés auquel EDF rachète l'électricité photovoltaïque en France.

La protection de l'acier européen

"Il y a eu des mesures qui ont été prises sur une partie d'aciers spéciaux chinois, les mesures de taxation ont été prises à 60% à l'entrée de l'Union européenne", a également déclaré le ministre. Selon un article d'Atlantico du 17 janvier 2013, Bruxelles a bien pris en main ce dossier "subventions chinoises à l’exportation", mais la mesure n'aurait pas encore été prise. Cependant, une telle taxe risquerait fort de déclencher une plainte de la Chine à l'OMC, comme c'est déjà le cas pour les panneaux photovoltaïques.

"On voit aujourd’hui le commissaire au Commerce extérieur, M.Karel De Gucht, qui nous avait habitué à une grande passivité à l’égard de la Chine, commencer à s’impatienter et proposer aux pays de l’Union des sanctions sur l’acier importé de Chine", affirme l'auteur de l'article en question, Antoine Brunet, économiste et président d'AB marchés.

La porcelaine chinoise

Arnaud Montebourg a ensuite évoqué une taxe sur les porcelaines chinoises. "Suite à une enquête anti-dumping, la Commission a décidé d'appliquer des taxes allant de 17,6 % à 59,8 % sur la vaisselle en porcelaine et céramique provenant de Chine", explique en effet Les Echos dans un article du 15 novembre 2012.

L'éthanol américain

Dernière des mesures citées en exemple par le ministre, une protection contre les importations d'éthanol américain. Dans un communiqué daté du 20 décembre 2012, l’association des producteurs européens de bioéthanol, ePURE, se félicite en effet "de la décision prise par les Vingt-sept d’imposer un droit antidumping de 9,6 % pendant cinq ans sur les importations d’éthanol américain". L'association rappelle avoir déposé une plainte auprès de la commission en novembre 2001, dans laquelle elle accusait "les producteurs américains d’éthanol d’inonder le marché européen de leurs produits lourdement subventionnés".

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle