L'Usine Maroc

Quand Areva s'appuie sur une société marocaine pour démarrer Imouraren au Niger

, , , ,

Publié le

Le spécialiste marocain des constructions industrielles, Buzzichelli Maroc vient de gagner un contrat de maintenance et de montage auprès du géant français Areva pour sa mine d'uranium d'Imouraren au Niger. Montant : 8 à 9 millions d'euros. 

Quand Areva s'appuie sur une société marocaine pour démarrer Imouraren au Niger
Les mines d'uranium d'Areva au Niger

L'industriel Buzzichelli Maroc, a décroché un contrat de montage et de maintenance sur le site minier Areva d'Imouraren au Niger. Il porte selon Areva, sur le montage de bâtiments d'entretien et la maintenance des engins miniers qui seront utilisés sur le site.

Le montant du contrat serait selon Areva de 8 à 9 millions d'euros (89 à 100 millions de dirhams). Un goutte d'eau pour ce projet à ciel ouvert d'un montant estimé à 1,9 milliard d'euros d'investissement, mais une belle référence pour l'industriel marocain,

Dans cette région, Areva gère notamment les deux mines d'exploitation d'uranium d'Arlit et Imouraren (encadré).

Le site d'Imouraren dont la première pierre a été posée en mai 2009 serait à terme la plus grande mine d’uranium d’Afrique. Il sera exploitée dans le cadre d'une co-entreprise entre Areva (56,6%), le Niger (33,3%)et le coréen Kepco (10%)

Sa capacité de production espérée est de 5 000 tonnes par an pendant 35 ans. Mais cette région a été gravement affectée par les troubles au Sahel. Les enlèvements d'otages français qui ont eu lieu à Arlit en 2010, puis la guerre au Mali ont provoqué la suspension des opérations dans la région.  Les observateurs espèrent un démarrage au mieux fin 2014. Le Niger est impatient de toucher les dividendes de ce projet et Areva a pris beaucoup de retard d'où la volonté d'engager des travaux et de passer des contrats.

Créée en 1983, Buzzichelli Maroc dont le siège social est à Mohammedia intervient dans la fabrication de sous-ensembles mécaniques, maintenance, grosse chaudronnerie ou tuyauterie industrielle. Elle est avec DLM et Stroc Industrie une des principales entreprises de mécanique lourde au Maroc.

Présidé par Mehdi Zouhir, son principal actionnaire, Buzzichelli possède une panoplie de clients renommés comme Air Liquide, OCP, Ciments du  Maroc, Holcim, Lafarge Maroc ou Somaca.

Ce groupe est présent notamment dans les cimenteries et les mines depuis plus de 25 ans. Il dispose pour ses activités de fabrication métallique d'un terrain de 30 000 m² dont un atelier de fabrication de 3 000 m² couverts sous palans et d'autres de chaudronnerie, préfabrication tuyauterie, charpente métallique et atelier de maintenance.

Buzzichelli emploie 1 500 salariées. À l'export, cette  société marocaine est déjà présente dans quatre pays en Afrique, Sénégal, Libye, Mauritanie et Cameroun. Elle a aussi une filiale en France, Buzzichelli International, à Paris.

En 2011, Buzzichelli Maroc avait décroché un contrat au Cameroun pour réaliser une centrale de cogénération de 15 Mw, clé en main, dans la raffinerie de Limbe, au nord-ouest de Douala. Recemment en Mauritanie, la Société nationale industrielle et minière (SNIM), lui a confié la conception de deux groupes de production d`électricité générant 10 Mw chacun pour réaliser l`extension de la centrale électrique diesel. Avec cela va donc s'ajouter le contrat d'Areva.

 

Nasser Djama

 

Imouraren, l’un des gisements d'uranium les plus importants au monde
La mine d'uranium d'Imouraren se trouve à 160 km au nord d’Agadez et à 80 km au sud d’Arlit, au Niger. Elle renferme selon Areva l’un des gisements d'uranium les plus importants au monde. La mine à ciel ouvert qui s'étend sur 8 km de long sur 2,5 de large aurait cependant une faible teneur de 0,8 kg d’uranium par tonne de minerai en moyenne. Le minerai giserait à des profondeurs  considérées comme importantes allant de 110 à 170 m. Selon Areva, le site d’Imouraren devrait tout de même permettre une production estimée à près de 5 000 tonnes par an pendant plus de 35 ans. La structure de joint venture propriétaire de l'exploitation est composée de Areva (France) (56,65 %), Sopamin (Société du patrimoine des mines du Niger) (33,35 %) et Kepco (Corée du Sud) (10 %). Prévue un temps pour 2012, la mise en exploitation du gisement AREVA est reportée fin 2014.

 

Document : présentation institutionnelle d'Areva "Business Unit mines" (2008)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte