Qualcomm fait maigrir de 36% sa puce mobile haut de gamme… sans plus

Selon l’examen de TechInsights, la puce SnapDragon 835 de Qualcomm, dédiée aux mobiles haut de gamme, est 36% plus petite que la génération précédente. Une miniaturisation qui résulte de sa fabrication en technologie de 10 nanomètres chez Samsung. Mais c’est presque le seul gain qu’elle apporte.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Qualcomm fait maigrir de 36% sa puce mobile haut de gamme… sans plus
Comparaison de la taille des puces SnapDragon 820 et 835 de Qualcomm

La miniaturisation constitue le principal gain apporté par la SnapDragon 835, la nouvelle puce de Qualcomm dédiée aux mobiles haut de gamme. Telle est la conclusion de l’examen par TechInsights de ce circuit intégré électronique qui motorise l’un des deux modèles du Galaxy S8, le dernier smartphone vedette de Samsung Electronics commercialisé en France depuis le 28 avril 2017.

Première des puces en 10 nanomètres

La SnapDragon 835 est l’une des deux premières puces au monde aux côtés de l’Exynos 8895 de Samsung Electronics à être fabriquées en technologie de 10 nanomètres. Elle est réalisée chez le géant coréen de l’électronique. Selon TechInsights, elle tient dans une surface de silicium de 72,3 mm2, contre 113,7 mm2 pour la puce précédente SnapDragon 820 réalisée en technologie de 14 nanomètres chez Samsung Electronics. Ce qui représente une réduction de la taille de 36%.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

C’est presque le seul gain amené par Qualcomm avec cette nouvelle génération. La SnapDragron 835 reprend quasiment à l’identique les éléments réunis dans la génération précédente. Seuls les cœurs de traitement Kyro, développés en interne sur la base des jeux d’instruction des cœurs de processeurs A73 et A53 d’ARM, changent.

Infidélité de Qualcomm à TSMC

Depuis la génération précédente, Qualcomm fait fabriquer ses puces haut de gamme chez Samsung Electronics alors qu’il faisait auparavant appel aux services du fondeur taiwanais de semiconducteurs TSMC. Mais en contrepartie, le groupe coréen les utilise sur l’un des deux modèles de ses smartphones vedettes. Un marché gagnant-gagnant.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS