Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Qualcomm et Samsung font la paix dans les redevances de brevets sur le dos d’Apple

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Qualcomm met fin au différend qui l’oppose à Samsung Electronics dans les brevets en baissant ses redevances. Mais en contrepartie, le géant coréen de l’électronique doit retirer son soutien à Apple dans son conflit contre le géant américain des puces mobiles.

Qualcomm et Samsung font la paix dans les redevances de brevets sur le dos d’Apple © REUTERS/Mike Blake

C’est une épine de moins dans les pieds de Qualcomm. Le géant américain des puces mobiles vient de conclure un nouvel accord de licence de ses brevets dans les technologies mobiles avec Samsung Electronics, mettant fin au différend qui l’oppose au géant coréen de l’électronique sur le sujet. Les termes de l’accord ne sont pas dévoilés. Mais il y a de fortes chances à ce qu’ils soient plus favorables à Samsung Electronics que dans précédent accord de licence conclu en 2009.

Suspension du paiement des redevances à Qualcomm

En 2015, Qualcomm a été contraint par la NDRC, l’autorité de surveillance de la concurrence en Chine, à assouplir ses conditions de licence de ses brevets et à baisser d’un tiers les redevances payées par les constructeurs chinois de mobiles. Samsung Electronics demande de bénéficier des mêmes conditions de façon à pouvoir lutter à armes égales avec ses concurrents chinois sur des marchés importants sensibles aux prix comme la Chine, l’Inde ou encore l’Amérique latine.

Le différend s’est exacerbé après que la KFTC, l’autorité de la concurrence en Corée du Sud, ait infligé en janvier 2017 à Qualcomm une amende de 865 millions de dollars pour abus de position dominante dans l’attribution de licence de ses technologies mobiles. Une issue à laquelle Samsung Electronics a largement contribué en apportant son témoignage en tant que licencié contestataire. Pour accroitre la pression sur son pourvoyeur de licence, le groupe de Séoul a imité Apple en suspendant au deuxième trimestre 2017 le paiement à Qualcomm de ses redevances de brevets estimées par L’Usine Nouvelle entre 1,5 et 2 milliards de dollars par an.

Le conflit jamais rendu public

Mais contrairement au conflit avec Apple, qui a dégénéré en bataille judiciaire aux Etats-Unis, en Chine, au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, le différend avec Samsung Electronics n’a jamais été rendu public. Qualcomm s’est contenté d’annoncer lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre 2017 la suspension du paiement des redevances de brevets par un deuxième licencié important. L’Usine Nouvelle était convaincu qu’il s’agissait de Samsung Electronics.

Qualcomm et Samsung Electronics ne pouvaient pas se permettre de laisser le différend dégénérer. Le géant coréen de l’électronique, numéro un mondial des mobiles en volume et numéro deux en valeur, fait partie de deux plus gros clients du groupe américain aux cotés d'Apple. Il utilise sa puce haut de gamme SnapDragon dans ses smartphones vedettes, les Galaxy S et Note, en complément de sa puce maison Exynos. Il est également le deuxième contributeur à ses revenus de brevets après Apple. Qualcomm est à son tour un client important des services de fonderie de semiconducteurs de Samsung Electronics à qui il confie la fabrication de sa puce depuis la génération SnapDragon 820 en technologie FinFET de 14 nanomètres. C’est important pour le groupe coréen de conserver ce contrat alors qu’il a perdu la fabrication de la puce d’Apple depuis l’iPhone 7 au profit du fondeur taiwanais TSMC.

Apple, grand perdant

Apple sort comme le grand perdant. Car en contrepartie des concessions de Qualcomm, Samsung Electronics doit retirer, non seulement son témoignage auprès de la KFTC, mais aussi son soutien à Apple. Il doit également s’abstenir d’apporter son témoigange dans l’investigation menée par la FTC, l’autorité de régulation de la concurrence aux Etats-Unis, sur les pratiques de Qualcomm en matière de cession de licence.

Qualcomm veut faire de son nouvel accord avec Samsung Electronics un exemple pour le règlement de son conflit par la négociation avec Apple qui le prive de 2 à 2,5 milliards de dollars de redevances par an selon l'estimation de L'Usine Nouvelle. Le patron du groupe Steve Mollenkopf laisse présager une issue d’ici début 2019.

Réagir à cet article

inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle