Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

… qu’il y a trop d’ingénieurs dans l’aéro

,

Publié le

… qu’il y a trop d’ingénieurs dans l’aéro

À ceux qui en minimisent l’ampleur, l’annonce de Rolls-Royce est un argument cinglant : le groupe britannique va supprimer 2 600 emplois en dix-huit mois dans sa branche aéronautique. Ces licenciements s’expliquent en partie par de mauvais résultats, mais pas seulement. Comme d’autres industriels, le motoriste est confronté à l’arrivée à maturité, prévisible, des grands programmes aéronautiques que sont, côté Airbus, l’A 380, l’A 400M et l’A 350. Les bataillons d’ingénieurs chargés de leur développement et des moteurs associés ne sont plus nécessaires. Côté Rolls-Royce, les moteurs phares que sont le Trent 1000, pour le Boeing 787, et le Trent XWB, pour l’Airbus A 350, sont maintenant soumis à la hausse des cadences de production. Alors qu’aucun nouveau programme d’envergure n’est prévu avant une décennie, Airbus a toujours joué la transparence et mis en avant l’aspect temporaire de la hausse de charge. En France, plusieurs milliers d’emplois sont sur la sellette, en particulier dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus