Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Qu'est-ce que l'AOP "camembert de Normandie", au coeur de la guerre du camembert ?

, ,

Publié le

Le changement du cahier des charges de l' AOP  "camembert de Normandie", qui entrera en vigueur en 2021 est au cœur d'une polémique.  En  cause :  l'autorisation d'utiliser du lait pasteurisé dans la fabrication du fameux fromage.

Qu'est-ce que l'AOP camembert de Normandie, au coeur de la guerre du camembert ?
A partir de 2021, le nouveau cahier des charges de l'appellation AOP du camembert de Normandie entrera en vigueur
© Coyau/Wikimedia Commons/CC

L’opération a fait beaucoup de bruit. Ce mercredi 13 mars, le député du Loiret Richard Ramos a fait distribuer 577 camemberts à son effigie. Son objectif : dénoncer le changement de règles de l’AOP "camembert de Normandie" qui doit entrer en vigueur en 2021.

Changement de cahiers des charges

Depuis 1992, pour porter la mention de l’AOP, le camembert normand doit être fait à partir de lait cru et de 70% de lait normand. Des contraintes strictes qui, en raison des risques sanitaires et des difficultés à exporter un produit à base de lait cru, sont dénoncées par les industriels laitiers. Ces derniers ont donc décidé d’indiquer "camembert fabriqué en Normandie" sur leur fromage. 

Pour trouver un compromis entre les deux parties, en février 2018, l’institut national de l’origine et de la qualité (INAO) a décidé d’établir un nouveau cahier des charges pour le fameux fromage normand. Ce dernier, qui entrera en vigueur en 2021, permet l’utilisation de lait pasteurisé dans la fabrication de camembert ainsi que l'industrialisation du louchage. 
Le lait normand quant à lui pourra ne représenter que 30% de la quantité totale utilisée. "En d’autres termes, en permettant à un machin plâtreux sans goût d’arborer le label au même titre que les véritables camemberts, notre 'fleuron' ne sera pas plus intéressant qu’un camembert générique stérilisé fabriqué au Canada, au Japon ou aux Etats-Unis", s’emporte le député Richard Ramos et Véronique Richez-Lerouge, présidente fondatrice de “Fromage de terroir”,dans une tribune publiée par Libération.


LE RÔLE DE L'INAO

Depuis 1992, l'AOP a remplacé l'AOC (Appellation d'origine contrôlée) pour les produits autres que le vin. Selon le site du ministère, l'AOP désigne "les produits dont toutes les étapes sont réalisées selon un savoir-faire reconnu sur un même territoire géographique". 
Une dizaine d’étapes sont nécessaires avant l’obtention d’une AOP. La plus importante : la rédaction du cahier des charges est à la charge de l’INAO qui soumet ses recommandations à Bruxelles pour homologation. Une position dénoncée par le député et l'association fromages de terroir: "l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) lègue son pouvoir de sanctuariser des produits traditionnels aux mains des multinationales" ajoute Richard Ramos.

23 MILLIARDS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

En France, les produits labellisés AOP représentent un chiffre d'affaires de 23 milliards d'euros tous secteurs confondus. Au total, plus de 50 produits laitiers, dont la majorité de fromages, bénéficient de cette appellation. Ils représentent 11,5% des fromages commercialisés dans l'hexagone soit un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euros par an. Certains d’entre eux comme le Pont-l’Evêque ou le Saint-Nectaire autorisent déjà la cohabitation lait cru / lait pasteurisé.

50 produits laitiers labellisés

A l’heure actuelle, seule 5 400 tonnes de camembert soit 6% de la production détiennent l’appellation AOP. Le reste de la production, en dehors de l'AOP, est fabriquée à base de lait pasteurisé. Directement attaqué par le député Modem, le géant laitier Lactalis est présent sur les deux segments. S’il détient 95% des parts de marché du camembert pasteurisé, notamment avec ses marques Président ou Le Petit, l’entreprise est également leader du camembert AOP depuis le rachat, en 2016, de la fromagerie Graindorge. "Nous rappelons que Lactalis est un acteur majeur dans le Camembert de Normandie AOP et que nous développons depuis deux sites normands, la production de camembert au lait pasteurisé de qualité et appréciés des consommateurs" a déclaré Michel Nalet, porte-parole du Groupe Lactalis dans un communiqué.
Si la modification du cahier des charges est approuvée par l'Europe, Lactalis et les autres producteurs de camembert au lait cru pourront  apposer la mention "véritable camembert de Normandie" à leur produit. Les camemberts pasteurisés, eux, se contenteront de l'appellation "camembert de Normandie". 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

15/03/2019 - 16h51 -

Nous rappelons que Lactalis est un acteur majeur dans le Camembert de Normandie AOP et que nous développons depuis deux sites normands, la production de camembert au lait pasteurisé de qualité et appréciés des consommateurs" Si c'est vrai, alors pourquoi tenter de changer les règles ? Le problème avec les groupes comme Lactalis c'est qu'ils n'en ont jamais assez ! Avec les quantités qu'ils manipulent, ils peuvent contraindre une filière la baisse et proposer les produits de la transformation aux marchés. Ce qui augmente le prix et du même coup nous prive de ce que peu produire un pays, alors même que c'est ce pays qui par son organisation et ses infrastructures qui le permet. On se marche sur la tête avec ces groupes internationaux , la mondialisation et nos élus qui ne représente plus qu'eux même..
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle