L'Usine Campus

Qu’attendent les industriels de la conférence environnementale ?

, ,

Publié le

La seconde conférence environnementale organisée par le gouvernement se tient le 20 et 21 septembre au Conseil Economique, Social et Environnemental. Les spécialistes du recyclage en attendent beaucoup.

Qu’attendent les industriels de la conférence environnementale ? © APPE

Nul doute que les thèmes de la conférence environnementale, qui se tiendra vendredi 20 et samedi 21 septembre, semblent avoir suscité moins d’attente de la part des entreprises que l’an passé. Pour sa première édition, transition énergétique et fiscalité environnementale - deux thèmes chers aux industriels - étaient en effet inscrits au programme. Cette année, ils cèdent la place à l’économie circulaire, les emplois, la politique de l’eau, la biodiversité marine et l’éducation à l’environnement. La fiscalité devrait néanmoins s’inviter en coulisse à l’heure d’une possible création d’une Contribution climat-énergie et d’un réalignement de la fiscalité du diesel et de l’essence.

Les entreprises, représentées par le Medef et la CGPME dans les cinq tables-rondes, vont en tout cas veiller à faire passer leurs messages. "Nous voulons qu’il en ressorte un état des lieux factuel sur chaque thème pour savoir où on en est et dégager des axes de progrès. Ce que nous craignons ce sont de nouvelles lois et la création de taxes", résume Philippe Prudhon, le directeur technique de l’Union des industries chimiques (UIC), qui participera à la table ronde sur la politique de l’eau au nom du Medef.

Le recyclage à l’honneur

Une profession fait figure d’exception et attend beaucoup de la conférence environnementale : les spécialistes du recyclage. L’économie circulaire sera en effet l’objet d’une table ronde phare de cette seconde édition. Elle rassemblera d’ailleurs autour de la table Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, Philippe Martin celui de l’Ecologie et Benoit Hamon ministre délégué en charge de l’Economie sociale et solidaire et de la consommation.

La Fédération Nationale des Activités de la Dépollution et de l’Environnement (Fnade) qui rassemble 283 entreprises privées, a déjà rendu publique les mesures qu’elle souhaite voir mises en œuvre afin de développer les métiers du recyclage et de la valorisation des déchets : une limitation réglementaire de 25% en trois ans de l’enfouissement des déchets afin de "réorienter" 4,5 millions de tonnes de déchets vers l’industrie du recyclage, le soutien public pour la création de soixante centres de recyclage et de valorisation organique et une aide à l’industrialisation autour des incinérateurs pour valoriser davantage la chaleur produite, notamment auprès des collectivités locales et des entreprises.

Ces professionnels du recyclage sont soutenus par certains industriels. "Il faut répondre à deux défis : augmenter le taux de recyclage grâce à davantage de pédagogie et pérenniser les filières industrielles du recyclage. Nous attendons que l’émergence de ces nouvelles industries soient favorisées", avance Arnaud Rolland, le directeur RSE de Coca Cola Entreprise. Reste maintenant à voir si cette table-ronde aboutira à de véritables mesures concrètes.

Camille Chandès

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte