L'Usine Aéro

Qantas annule 35 commandes de Boeing 787

,

Publié le

La compagnie aérienne australienne en difficulté Qantas Airways veut réduire ses coûts. Une annonce faite le 23 août après la publication de ses premiers résultats annuels déficitaires depuis 17 ans.

Qantas annule 35 commandes de Boeing 787 © Boeing

Sommaire du dossier

Marqué par une envolée de la facture de kérosène, l'intensification de la concurrence et l'opposition des syndicats du groupe à ses projets d'économies, l'exercice fiscal clos fin juin se solde par une perte de 244 millions de dollars australiens (205 millions d'euros).

Le directeur général de Qantas, Alan Joyce, s'est refusé à donner des prévisions pour le nouvel exercice mais a réaffirmé l'objectif de retour à l'équilibre des activités internationales, le point faible du groupe, au cours de l'exercice 2015.

Il a justifié l'annulation de 35 commandes de B787-9 par "la diminution des besoins de croissance dans ce contexte mondial incertain". Cette décision aura pour conséquence un report de deux ans de la livraison du premier B787-9 à la compagnie qui dispose encore d'options sur 50 exemplaires de ce modèle.

Qantas maintient parallèlement la commande de 15 B787-8, une version plus courte du biréacteur de Boeing, destinés à sa filiale Jetstar.

Ces décisions ont été bien accueillies par les investisseurs: à la Bourse de Sydney, l'action Qantas gagnait 3,59% en fin de séance à 1,212 dollar. Le titre affichait avant jeudi une baisse de 20% depuis le début de l'année, la plus mauvaise performance du secteur selon Thomson Reuters StarMine.

Plan de redressement sur cinq ans

Le groupe, qui exploite actuellement une flotte de 308 appareils, a lancé l'an dernier un plan de redressement sur cinq ans qui prévoit la séparation des activités internationales, déficitaires, de celle des lignes intérieures, rentable, la fermeture de certaines liaisons, la suppression de 2.800 emplois et la réduction des investissements.

Sur l'exercice 2011-2012, la facture de carburants de Qantas a bondi de 18% à 4,3 milliards de dollars australiens. Et la compagnie prévoit qu'elle atteindra 2,3 milliards sur le premier semestre de l'exercice 2012-2013, suggérant que celui-ci pourrait également se terminer dans le rouge.

"Il n'y a pas de formule magique, il n'y a pas de solution facile, il n'y a pas de solution qui permettrait de tout résoudre", a déclaré Alan Joyce à des journalistes.

Avec Reuters (Jane Wardell, Marc Angrand pour le service français)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte