Publiscopie : Un livre pour comprendre les prochains défis de l’industrie aéronautique

IPSA | École d’ingénieurs aéronautiques

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Publiscopie : Un livre pour comprendre les prochains défis de l’industrie aéronautique

Dans le premier chapitre intitulé ”L’empire du ciel”, Francis Pollet, directeur de l’institut polytechnique des sciences avancées (iPSA) et ancien conseiller ”Air” du ministère des Armées, évoque ”le monde d’avant”, celui dans lequel le trafic aérien n’en finissait pas d’augmenter, entraînant dans sa course tous les acteurs de l’aéronautique, constructeurs et sous-traitants : le cap de 4 milliards de passagers franchi en 2017, huit fois plus qu’en 1970, un nombre de ”passagerskilomètres” en hausse de 3,4 % en 2019, une marge nette de 10 à 20 % pour les compagnies aériennes européennes, 195 000 emplois directs et indirects dans l’industrie aéronautique hexagonale, dont 20 000 créés depuis cinq ans…

Une industrie qui est passée, en quelques semaines, ” de l’euphorie à un trou d’air sans précédent, un véritable décrochage ”. Avec d’autres chiffres tout aussi effarants de licenciements, d’arrêts de production, d’appareils cloués sur le tarmac, d’aéroports déserts…

le monde d’après, “le grand décrochage”

Lorsque les avions restent au sol, c’est toute la chaîne industrielle de l’aéronautique qui est impactée. Pour Francis Pollet, ce ” trou d’air ne se limite pas au seul événement pandémique ”. il insiste sur des causes plus profondes : le changement climatique et la ”honte de voler”, le développement de l’industrie de ”l’aéronumérique” – les plateformes de visioconférence – qui pourrait porter un coup définitif à une partie des voyages d’affaires, une perte de confiance dans l’aviation.

le redécollage est-il possible ?

” L’hypothèse raisonnablement optimiste est qu’il faudrait cinq à dix ans pour retrouver la trajectoire d’avant crise ”, écrit Francis Pollet. Ce temps permettra à la R&D d’avancer sur la transition écologique pour produire des avions à propulsion électriques ou hybrides. Un argument commercial pour contrer ”la honte de voler” et donner au voyage physique une dimension plus verte. ” Le plan de soutien de l’État fixe à l’ensemble des acteurs de la filière l’objectif de parvenir à un avion neutre en carbone en 2035. ” L’aventure de l’avion à hydrogène est engagée. Un nouveau challenge pour la filière.




Voir la version imprimable

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS