Publicis abaisse sa prévision de croissance après un deuxième trimestre décevant

PARIS (Reuters) - Publicis a annoncé jeudi revoir à la baisse ses attentes en matière de croissance pour 2019 après un deuxième trimestre inférieur aux attentes des investisseurs, pénalisé par l'érosion des dépenses des annonceurs dans la publicité traditionnelle aux Etats-Unis, son premier marché.
Partager
Publicis abaisse sa prévision de croissance après un deuxième trimestre décevant
Publicis a annoncé jeudi revoir à la baisse ses attentes en matière de croissance pour 2019 après un deuxième trimestre inférieur aux attentes des investisseurs, pénalisé par l'érosion des dépenses des annonceurs dans la publicité traditionnelle aux Etats-Unis, son premier marché. /Photo prise le 16 mai 2019/REUTERS/Charles Platiau

Le numéro trois mondial de la publicité prévoit désormais un revenu net "globalement stable" à périmètre et changes constants alors qu'il anticipait jusque-là une croissance 2019 supérieure à celle de l'année précédente, soit +0,8% en excluant une activité en difficultés de visiteurs médicaux, Publicis Health Solutions, cédée depuis.

Le groupe basé à Paris continue de souffrir des réductions de coûts de ses grands clients du secteur de la grande consommation aux Etats-Unis - 36% du chiffre d'affaires de Publicis - qui réduisent leurs budgets publicitaires et font pression pour réduire les honoraires.

Sur la période d'avril à juin, le revenu net de Publicis s'est établi à 2,23 milliards d'euros, signant, comme promis par le groupe, un retour à la croissance à données comparables à +0,1% mais inférieure aux attentes du marché (+0,7%).

Aux Etats-Unis, où Publicis réalise plus de la moitié de ses revenus, l'activité s'est contractée de 1,7% sur la période alors qu'en Europe, les revenus ont progressé de 2,4%, porté par les budgets décrochés au cours des mois précédents dont GSK et Fiat Chrysler Automobiles.

A titre de comparaison, l'américain Omnicom, numéro deux du secteur, a signé une croissance organique de 2,8% sur la période du deuxième trimestre.

"On a toujours notre problème, (...) on savait qu'on allait continuer à voir nos contrats sur la publicité traditionnelle aux Etats-Unis souffrir", a expliqué à des journalistes le président du directoire Arthur Sadoun, évoquant également le temps dévolu à la mise en oeuvre de la transformation du groupe pour le recentrer sur le conseil et la technologie.

Le groupe a par ailleurs annoncé qu'il prévoyait d'"actualiser" dans les prochains mois ses prévisions à l'horizon 2020 après avoir tout juste bouclé le rachat de la société américaine de data Epsilon pour 4,4 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros).

Dans le cadre d'un plan stratégique dévoilé en mars 2018 après sa prise des commandes du groupe, Arthur Sadoun s'était notamment donné pour ambition d'atteindre une croissance organique de 4% en 2020, un objectif déjà jugé à l'époque ambitieux par le marché.

Publicis maintient toutefois sa prévision d'une amélioration de sa marge opérationnelle et d'une hausse de 5 à 10% de son bénéfice net courant par action à changes constants l'an prochain.

Pour 2019, il confirme par ailleurs viser une amélioration de son taux de marge opérationnelle de 30 à 50 points et une hausse de 5 à 10% du bénéfice net courant par action.

(Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain, édité par Cyril Altmeyer)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS