Technos et Innovations

PTC/User 2010 : PTC se rapproche encore un peu plus de Microsoft

, ,

Publié le

A l'occasion de sa conférence annuelle, PTC vient de présenter trois nouvelles solutions basées sur Microsoft Sharepoint, le moteur de travail collaboratif de Microsoft : Windchill SocialLink, Windchill PPMLink et Windchill Web Parts for SharePoint. Un partenariat qui fait sens, selon son PDG, qui croît dur comme fer à l'avenir de Sharepoint 2010 en entreprise.

PTC/User 2010 : PTC se rapproche encore un peu plus de Microsoft © DR

Les outils sociaux – inspirés de Twitter, de Facebook... - s'invitent de plus en plus dans les applications professionnelles. La CAO (la conception assistée par ordinateur) et le PLM (la gestion du cycle de vie des produits) ne font pas exception, comme en témoignent l'alliance entre Bluekiwi, un spécialiste français des réseaux sociaux d'entreprise, et Dassault Systèmes, ou bien encore le récent rachat par ce dernier d'Exalead, qui devrait lui apporter à la fois des solutions de recherche et des applications « Web 2.0 » de partage d'informations.

Sharepoint à tous les étages

Côté PTC, la stratégie est tout autre : c'est le tout-Microsoft qui prédomine. Satisfait des premiers résultats commerciaux de Windchill ProductPoint (une solution lancée l'an dernier pour faciliter le partage de données de conception dans les PME utilisant Pro/Engineer et Sharepoint), l'éditeur vient d'annoncer trois nouvelles solutions qui sont elles aussi basées sur la plate-forme de Microsoft.

La première, baptisée SocialLink, lui permettra d'ajouter des fonctionnalités « sociales » à toutes ses solutions, par l'intermédiaire d'une barre d'outils : fils d'informations sur les contributions de chacun ; tagging des contenus ; liens vers la messagerie instantanée et les réseaux sociaux... La seconde, dénommée Windchill PPMLink, porte sur la gestion de portefeuilles de projets : elle devrait faciliter l'intégration des données provenant de la plate-forme de PLM de PTC avec celles qui sont issues des logiciels de gestion de projet, à commencer par Microsoft Project. La troisième (Windchill Web Parts for SharePoint) a elle aussi vocation à faciliter l'agrégation et le partage d'informations dans l'entreprise. L'idée étant d'intégrer à Sharepoint - par le biais de connecteurs dédiés - des données issues de Windchill, mais aussi de progiciels de gestion (ERP) ou d'autres applications métiers.

Une plate-forme omniprésente ?

Ces nouvelles offres basées sur Sharepoint seront-elles suffisantes pour répondre aux attentes de collaboration des entreprises ? Jim Heppelman, récemment promu PDG de PTC, affirme que la dépendance à une plate-forme ne pose pas de difficultés « lorsque celle-ci est en passe de devenir omniprésente », tout en se déclarant convaincu que « Sharepoint sera omniprésent ». Il ajoute que « PTC a pu constater par le passé que la neutralité vis-à-vis des plates-formes, qui était historiquement sa marque de fabrique, peut présenter un inconvénient, notamment lorsqu'il y a un système d'exploitation, comme Windows, qui s'impose in fine comme un standard ».

Sûr de lui, le PDG ajoute que Dassault Systèmes, qui a fait un choix différent, « est dépendant de Bluekiwi ». Ce qui n'est pas moins dangereux, à l'en croire : « Microsoft va tuer Bluekiwi. Tout simplement parce qu'il est extrêmement difficile de rivaliser avec Microsoft lorsqu'il intègre une application à son système d'exploitation ou à Microsoft Office. Je n'aimerais pas être à la place du PDG de Bluekiwi, sachant que Microsoft va proposer une alternative proche et gratuite. Et si vous ne me croyez pas, souvenez-vous de Netscape ».

L'avenir dira si les prévisions de ce dirigeant – qui mettraient en difficulté Bluekiwi, mais aussi une myriade d'autres spécialistes – sont réalistes. Pour l'heure, PTC espérait amener au moins 100 PME à utiliser sa première solution Windchill Productpoint en un an. 130 auraient en fait franchi le pas. Et, cette année, l'objectif de 200 clients supplémentaires pour cette solution aurait déjà été dépassé.

A noter toutefois que, malgré une rhétorique très favorable à Sharepoint, il ne semble pas impossible que l'émergence d'autres outils sociaux sur le marché du PLM – exclusivement centrés sur cette problématique – n'amène PTC à faire preuve d'une plus grande ouverture à l'avenir. « Nous pensons que Microsoft prend de l'avance dans ce domaine. Mais si une autre société vient nous voir avec un produit très séduisant, nous regarderons sa proposition », précise Brian Shepherd, vice-président exécutif du développement produit chez PTC. La porte n'est donc pas complètement fermée.

Christophe Dutheil

A lire aussi :

PTC/User 2010: "Nous voulons revigorer notre offre de CAO"
PTC/User 2010: PTC se lance dans les logiciels de gestion de projets et les outils sociaux
 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/06/2010 - 21h14 -

j'aime beaucoup la phrase "Et si vous ne me croyez pas, souvenez-vous de Netscape ».

Aujourd'hui on pourrait dire "Souvenez-vous d'Internet Explorer".

Ensuite il ne me semble pas que Microsoft ne soit pas si invincible que cela : des petites PME comme Google ou Apple s'en sortent plutôt pas mal sur certains créneaux : téléphonie mobile, convergence des médias, cloud computing etc...Certes ça n'est pas Word ou Excel mais quand même ;-)

Quant à l'assassinat de BlueKiwi : j'attends de voir mais cela me semble quelque peu présomptueux.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte