L'Usine Auto

PSA veut doubler sa production d’ici 2018

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le groupe automobile veut réduire ses coûts de production grâce à des véhicules mondiaux et une hausse des volumes.

PSA veut doubler sa production d’ici 2018 © D.R. - PSA

Réduire les coûts de production, c’est l’un des principaux chantiers de Philippe Varin pour les années à venir. Et à côté du plan d’économies Rebond 2015, qui prévoit 600 millions d’euros d’économies via la suppression de 8 000 postes et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), PSA va revoir sa stratégie industrielle, pour rentabiliser un outil de production utilisé à 75 % en moyenne en Europe en 2012.

"Asseoir les investissements sur des volumes de production plus élevés, c’est aujourd’hui indispensable", rappelle Yann Lacroix, directeur des études sectorielles chez Euler Hermès. Philippe Varin en a bien conscience et a donné un objectif ambitieux à PSA : doubler les volumes produits de chaque modèle d’ici à 2018.

Pour remplir son pari, PSA va concevoir des modèles de plus en plus globaux, c’est-à-dire identiques pour tous les marchés, à l’instar de ceux que peuvent concevoir Ford ou de Volkswagen. "Nous allons réduire les modèles spécifiques aux marchés régionaux", a expliqué mercredi 13 février Philippe Varin, qui présentait les résultats annuels de PSA.

Le groupe veut également doubler les volumes produits sur chaque plateforme. Actuellement, le constructeur fabrique 900 000 véhicules sur une plateforme chaque année. En 2018, il espère bâtir sur chacune 1,8 million de véhicules. "L’utilisation de la plateforme modulaire EMP2 sera renforcée par les modèles de l’Alliance, a souligné Philippe Varin. La plateforme EMP1 verra aussi ses volumes augmenter, via les monospaces de segment B".

General Motors joue désormais un rôle déterminant dans la stratégie de PSA, puisque la petite plateforme EMP1 sera développée avec l’Américain. Elle entrera en service en 2018 sur les prochaines générations de Peugeot 208, Opel Corsa et Citroën DS3. De trois plateformes, PSA passera à deux pour construire toute sa gamme, ce qui va faire mathématiquement grimper les volumes.

Accord de compétitivité

La nouvelle stratégie de marques de PSA va également réduire les coûts de développement. Avec des positionnement différents, mais des plateformes et architectures communes, les modèles de Peugeot, DS et Citroën pourront être lancés en même temps, ce qui maximisera les temps de développement.

Cette rationalisation de la production s’ajoute à environ 200 millions d’euros d’économies par an, la moitié venue de l’accord national compétitivité emploi, l’autre moitié attendue du futur accord de compétitivité que PSA veut négocier dans les prochaines semaines.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte