Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA, un constructeur polygame

, , , ,

Publié le

PSA Peugeot-Citroën vient de reconnaître être en discussion avec plusieurs partenaires possibles en vue d’une alliance globale. Ces dernières années, le constructeur s’était plutôt illustré par sa stratégie de coopérations ciblées pour développer soit un marché, soit une nouvelle technologie. Aujourd’hui, huit industriels collaborent avec le français.

PSA, un constructeur polygame © D.R. - PSA Peugeot Citroën

PSA Peugeot Citroën l’assure. Sa politique de coopérations  "constitue l'un de ses atouts". Elle lui permet "non seulement de mutualiser les coûts, de réaliser des économies d'échelles, mais aussi de réduire les délais de développement".

Le constructeur français développe donc d’abord des projets de véhicules sur la base de plate-formes communes. C’est le cas avec Fiat. PSA collabore avec le constructeur italien depuis 1978. Selon les chiffres avancés par le français, ils auraient produit ensemble 5,7 millions de véhicules, essentiellement des utilitaires légers et des monospaces.

Leur alliance se limite cependant aux monospaces et aux utilitaires. Les premiers et une partie des seconds Fiat et PSA coopèrent depuis 1978 dans le cadre de Sevel Spa avec une production éclatée sur deux sites, Sevelsud dans les Abruzzes (Italie) et Sevelnord, basé à Hordain (Nord) près de Valenciennes. Le site français produit actuellement, à très faible volume, les Peugeot Expert et Citroën Jumpy, ainsi que les monospaces 807 et C8.

Fin d’une relation

Reste que le partenariat entre les deux constructeurs va s’effriter. En effet, Philippe Varin a précisé en janvier dernier que "le groupe avait un partenariat avec le groupe Fiat qui s'éteint en 2017 parce que Fiat a dit que depuis qu'ils se sont mariés avec Chrysler, ils n'avaient plus besoin d'être en partenariat avec PSA".  Une situation qui met le site près de Valenciennes en danger. Le constructeur PSA assure nouer un nouveau partenariat pour continuer à développer sa ligne de véhicules utilitaires. La coopération à Sevelsud, où sont produits les Peugeot Boxer et Citroën Jumper, prendra elle fin en 2019.

Mais les deux partenaires ont aussi investi dans un outil industriel à Bursa en Turquie pour y assembler de petites voitures utilitaires (Citroën Nemo). En 2006, ils ont conclu un accord industriel pour produite à compter de 2007 une boîte de vitesses PSA assemblée dans l’usine Fiat Auto de Cordoba en Argentine.

Mitsubishi et Toyota aussi

La collaboration avec Mitsubishi porte sur les véhicules SUV et les électriques. Les deux constructeurs ont signé leur première collaboration en 2005 sur la production de 4x4. En 2008, ils passent à une étape supérieure avec un projet de coopération sur les chaînes de traction électriques. Mais c’est en 2008 que leur collaboration prend son envol avec la pose de la première pierre de l’usine commune de Kaluga, détenue à 70% par PSA et à 30% par Mitsubishi Motors. En 2009, les deux entités signent un accord pour la mise au point d’un véhicule électrique pour l’Europe, basé sur la version japonaise de la i-Miev. La production démarre alors en octobre 2010.

Avec Toyota, l’histoire début en 2001 avec la signature d’un accord de coopération sur le développement et la production en commun de petites voitures. Les deux groupes décident d’implanter un site en République Tchèque à Kolin, qui est inauguré en 2005. Au total, la coopération entre les deux groupes permet la production de plus d’1,2 million de véhicules, principalement des C1, Peugeot 107 et Toyota Aygo.

Des collaborations techniques sur les moteurs

L’autre manière de nouer des alliances chez PSA repose sur des projets de collaboration technique. C’est le cas notamment avec le constructeur allemand BMW. En 2002, PSA signe un accord avec le groupe allemand pour développer et produire une nouvelle gamme de voitures petits moteurs essence. Des véhicules qui sont alors commercialisés en 2006 et 2007. En 2011, ils annoncent une alliance sur les véhicules électriques et hybrides. Au total, la collaboration entre les deux groupes permet la production de plus d’1,3 million de moteurs.

Avec l’américain Ford, PSA se spécialise sur la production de moteurs diesel depuis 1998. Une collaboration qui leur permet d’atteindre la première place des constructeurs producteurs de moteurs diesel au monde en 2006. Au total près de 14 millions de moteurs HDi sont produits par les deux groupes dans le monde.

Dernière collaboration technique pour le moins originale : PSA est en partenariat avec son principal concurrent Renault. Les deux constructeurs français signent un protocole d’association en 1966 pour la fabrication d’organes mécaniques communs. En 1992, ils s’engagent dans une coopération pour une nouvelle famille de boîtes de vitesse automatiques et signent en 2001 l’acte constitutif du groupe d’intérêt économique Souffleries aéroacoustiques automobiles avec le Conservatoire national des arts et métiers.

L’ensemble de ces collaborations est concrétisée par la formation de joint-ventures. C’est le cas par exemple avec Mitsubishi et la coentreprise PCMA Rus en Russie ou avec Toyota et la joint-venture TPCA en République Tchèque. Avec Renault, PSA participe à la Française de Mécanique à Douvrin en France.

Deux partenaires en Chine

Enfin, en Chine, le groupe est associé à deux partenaires pour se développer localement. Il s’agit de l’alliance avec Dong Feng, ayant débouché sur la création de la joint-venture DPCA. Une manière pour le groupe de commercialiser des véhicules sous les marques Peugeot et Citroën. Mais en 2010 le groupe s’engage aussi aux côtés de Chang’An pour créer une coentreprise destinée à commercialiser essentiellement la ligne Citroën DS et une troisième marque commune aux deux groupes.

En 2011, en dehors des éléments détachés, les ventes en Chine représentent le premier débouché de PSA à l'international, avec 11,4% des ventes totales (404 000 unités écoulées l'année dernière).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle