Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA tente de rassurer avant l'annonce de ses résultats annuels

Pauline Ducamp , ,

Publié le , mis à jour le 08/02/2013 À 07H26

Le groupe a passé presque 4 milliards d’euros de dépréciation d’actifs à son bilan 2012, une manière de solder les comptes et de rebondir en 2013.

PSA tente de rassurer avant l'annonce de ses résultats annuels © D.R. - PSA

Prudence et confiance étaient les maitres-mots au siège de PSA à Paris, ce jeudi 7 février. Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier, a annoncé que le groupe avait enregistré dans son bilan 2012 une dépréciation d’actifs de sa division automobile. Cette dépréciation se montera à 3,009 milliards d’euros, somme à laquelle il faut ajouter 879 millions d’euros d’impôts différés. Enfin, PSA passera également dans son bilan 855 millions d’euros de dépréciation d’actifs spécifiques.

Ajustement comptable

Cette somme recouvre des contrats de coopération où les volumes de vente n’ont pas été effectués, mais aussi la dépréciation des stocks de véhicules à destination de l’Iran ou encore les actifs de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui se chiffre à une centaine de millions d’euros. Le site doit en effet fermer en 2014.

Ces sommes s’ajouteront au résultat net de PSA, qui devrait fortement en pâtir. Le groupe doit présenter mercredi 13 février ses résultats financiers pour l’année 2012. Jean-Baptiste de Chatillon s’est cependant voulu rassurant. "Ce n’est qu’un ajustement comptable, a martelé le directeur financier de PSA. Cette dépréciation ne concerne pas les performances du groupe et n’a pas de conséquence sur le cash. Elle n’affecte en rien la solidité du groupe".

Jean-Baptiste de Chatillon a ainsi confirmé les objectifs de PSA à moyen terme : le groupe espère un free cash-flow à l’équilibre fin 2014. A titre de comparaison, l’an dernier, PSA a brulé chaque mois 200 millions d’euros de cash.

Remise à plat

Ces annonces entérinent toutefois des performances commerciales difficiles lors des prochaines années. "Nous n’entrevoyons plus de redressement significatif du marché, a acquiescé Jean-Baptiste de Chatillon. Le marché européen restera durablement dans la crise". PSA prévoit une baisse de 3 à 5% du marché en Europe en 2013 et 2014. Et dans ce contexte difficile, le groupe veut se restructurer rapidement pour rebondir. "C’est une complète remise à plat, pour redémarrer sur des bases saines" a souligné Jean-Baptiste de Chatillon. Le groupe doit mettre un œuvre le plan Rebond 2015, un dispositif qui prévoit 8 000 suppressions de postes et la fermeture de l’usine d’Aulnay.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/02/2013 - 13h52 -

Le dilemme des constructeurs français, comment construire une automobile sous l'équivalent de 6 (hommexjour)quand on a du mal à tenir la barre des 8, ou comment relever le défi d'assembler une voiture avec 3.7 HJ et 2.3 HJ pour l'innovation, la R&D, les fonctions transversales...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle