Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA signe un premier accord avec l'Iran pour la distribution de DS

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le , mis à jour le 15/07/2015 À 14H27

Alors que les négociations internationales viennent d'aboutir, l'Iran redevient un marché crucial pour PSA dans la zone Afrique-Moyen-Orient. Le groupe français vient d'annoncer la signature d'un accord de distribution avec un partenaire privé pour la marque DS.

 

Crédits : PSA 

Mise à jour le 15 juillet 2015 à 14h15 : PSA vient d'annoncer la signature d'un accord de distribution pour la marque DS, avec un partenaire privé. Dans cet article du 22 juin, nous relations les ambitions iraniennes du groupe automobile français. 

 

Article du 22 juin 2015 

"Nous détenons 30% du marché en Iran. Mais nous ne touchons pas un centime". Voilà le résumé de la situation iranienne de PSA, donné par Carlos Tavares en fin de semaine dernière, en marge de la signature de l’implantation du groupe au Maroc. Pour y remédier, PSA travaille sur un projet de coentreprise avec son partenaire Iran Khodro, pour produire ensemble des véhicules, à condition bien entendu qu’un accord soit trouvé entre l’Iran et les pays occidentaux.

300 000 Peugeot produites en Iran

Environ 320 000 Peugeot ont été produites et vendues en Iran l’année dernière par Iran Khodro, qui fabrique aussi dans son usine près de Téhéran sa propre marque, Samand. L’ancien partenaire de PSA assemble des 206 et 405 à partir de pièces achetées chez différents fournisseurs, notamment chinois. Mais sur ces modèles, le Français ne touche aucune royaltie, le partenariat entre les deux constructeurs ayant été rompu il y a trois ans. Le durcissement des sanctions internationales pilotées par les Etats-Unis, mais surtout l’alliance avec l’Américain General Motors, avaient en effet obligé PSA à quitter le marché iranien en 2012. Les liens n’ont cependant jamais été rompus entre le français et son ancien partenaire, mais les relations sont devenues compliquées. "Pendant une période difficile, ils ont eu l’impression que nous les avions abandonnés. Il est donc compliqué de reconquérir leur confiance dans un accord de business", souligne Carlos Tavares. Pour regagner cette confiance et se réimplanter dans le pays, PSA envisage donc un changement de modèle, une demande qui semble trouver un certain écho chez Iran Khodro.

Coentreprise 50/50

Les deux constructeurs travaillent sur une coentreprise détenue à 50% par chaque partenaire, afin de produire des véhicules adaptés au marché iranien, notamment la berline tricorps Peugeot 301. Début mai, Maxime Picat, le directeur de la marque Peugeot, a d’ailleurs rencontré son homologue d’Iran Khodro Hashem Yeke Zere, selon l’agence de presse officielle iranienne IRNA. Ce changement de partenariat avait été amorcé dès le salon de Téhéran en novembre 2014, auquel avaient notamment participé Kia, Renault ou encore Peugeot et Mercedes. Selon l’AFP, le ministre iranien de l’Industrie a donné un objectif de 80% de la production réalisée d’ici cinq ans dans le cadre de coentreprises. Iran Khodro a produit environ 600 000 véhicules en 2014, soit le niveau de 2011. La production iranienne est  en effet repartie fortement l’année dernière, avec plus d’un million de véhicules assemblés, rapporte le cabinet Inovev.

Américains et Chinois

PSA souhaite profiter de cette manne. "Dans notre objectif d’un million de véhicules vendus dans la zone Afrique-Moyen-Orient en 2025, 450 000 le seront en Iran, 200 000 au Maroc et les 350 000 autres exemplaires sur le reste de la zone", précise Jean-Christophe Quémard, directeur de la région Afrique-Moyen-Orient. PSA atteindrait ainsi les niveaux de production d’avant 2011. Mais en face, la concurrence s’est faite plus nombreuse, avec en particulier les pions avancés par les constructeurs américains et l’arrivée des marques chinoises, qui n’étaient pas concernées par les sanctions. Ils occupent aujourd’hui 9% du marché iranien.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle