PSA sera dans le vert en 2015, assure son patron

FRANCFORT (Reuters) - PSA Peugeot Citroën s'attend à renouer avec un bénéfice net cette année, nouveau signe du redressement engagé par le groupe, mais doit aussi d'urgence améliorer sa position sur des marchés comme l'Allemagne où il reste trop loin derrière la concurrence, a déclaré Carlos Tavares à un magazine allemand.

Partager

"Les résultats insatisfaisants en Allemagne sont apparemment dûs au fait que les clients allemands ne sont pas aussi convaincus par nos produits que les Espagnols, les Français, les Autrichiens et les Néerlandais", dit le président du directoire du deuxième constructeur automobile européen dans une interview au magazine automobile Auto Motor und Sport publiée jeudi.

PSA doit améliorer son image, ajoute Carlos Tavares, ainsi que son réseau de concessionnaires en Allemagne, où les marques Peugeot et Citroën affichaient sur les dix premiers mois de l'année une part de marché de seulement 3,3% environ, loin derrière les 21% de la marque Volkswagen ou les 7,1% d'Opel (General Motors).

"Je ne veux pas accepter cela comme quelque chose de normal. Nous devons nous améliorer en Allemagne", dit-il.

Interrogé à nouveau sur un intérêt du groupe à s'ouvrir à de nouveaux investisseurs, Carlos Tavares répète que PSA peut très bien demeurer indépendant, mais que ce n'est pas non plus une obligation.

"Je suis prêt à parler avec tout le monde. Le point principal est que si je dois entrer en discussion avec quelqu'un, je veux être en forme", dit-il, avant de souligner qu'il n'y a actuellement de négociation avec personne en particulier.

Carlos Tavares ajoute que PSA devrait renouer avec un bénéfice net sur l'ensemble de l'année, malgré les vents contraires enregistrés ce semestre-ci à cause des effets de changes et du ralentissement du marché automobile chinois.

PSA a renoué avec un bénéfice net au premier semestre pour la première fois depuis 2011, mais le groupe n'a pas donné d'autres objectifs que ceux de son plan stratégique à moyen terme.

En 2014, il avait déjà renoué avec un résultat opérationnel courant positif annuel, mais son résultat net était encore dans le rouge, avec une perte de 555 millions d'euros contre -2,2 milliards en 2013, au plus fort des difficultés financières récentes du groupe.

"Avec une marge opérationnelle de 5% (pour la division automobile) nous sommes à nouveau à parité avec nos concurrents et la partie n'est pas encore terminée", poursuit Carlos Tavares.

Après une hausse de 4,3% à 2,9 millions de ses ventes de véhicules en 2014, le président du directoire de PSA prévoit une stabilité des ventes en volume cette année.

Dans le cadre du plan stratégique "Back in the race", PSA vise un free cash flow de deux milliards d'euros sur la période 2015-2017 et une marge opérationnelle de 2% pour la division auto en 2018. Ces objectifs ont déjà été dépassés au premier semestre, mais le groupe préfère attendre avant de décréter son redressement achevé.

(Maria Sheahan, Gilles Guillaume pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS