PSA s’ouvre à la recherche mutualisée

Les mutations que va connaître l’automobile dans les années à venir sont telles que les constructeurs n’ont d’autres alternatives que s’ouvrir aux technologies extérieures. Jusqu’à présent, il leur était encore possible de faire progresser leurs technologies sans les remettre globalement en cause.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

PSA s’ouvre à la recherche mutualisée

Aujourd’hui, l’émergence de la voiture électrique, les contraintes environnementales et le changement de mentalités des utilisateurs demande une approche beaucoup plus large. Dans ce contexte, PSA a décidé de renforcer ses partenariats avec les réseaux scientifiques de France, puis d’Europe, de Chine et d’Amérique du Sud. Comme l’explique Marc Duval-Destin, le Directeur de la recherche et de l’ingénierie avancée qui est en charge du projet : « L’automobile de 2020 ne sera pas celle de 2010. Tout doit être repensé, avec des technologies qui ne viendront pas obligatoirement du sérail automobile. Du plus, vu les coûts engagés et la diversité des axes de recherche, la mutualisation est juste indispensable ».

Comme cela existe déjà dans l’aéronautique, le constructeur souhaite désormais s’appuyer sur un réseau d’ « OpenLabs » dont l’objectif sera de mettre en commun les équipes de recherche et des moyens expérimentaux internes au groupe et ceux de laboratoires extérieurs, sélectionnés pour leurs compétences.

Plus fort que les Pôles de compétitivité

Au-delà de l’échange de moyens, l’objectif est également de mettre en place une veille technologique qui permettra aux chercheurs PSA d’identifier, au plus tôt, les innovations ou les techniques, même hors automobiles, qui pourront donner à Peugeot et Citroën « un coup d’avance » sur la concurrence.

Il s’agira alors d’aller plus loin, et plus avant, que ce que font les actuels pôles de compétitivité spécialisés dans l’automobile. Pour Marc Duval Destin : « Moveo, ID4car, et Véhicule du futur, les 3 pôles français sont, bien entendu, associés à notre projet. Il reste un excellent moyen de dynamiser et de promouvoir l’innovation des PME locales. Cela dit, leur organisation purement régionale en limite l’efficacité et la réactivité. Comme cela devrait se faire dans le futur « institut d’excellence automobile » à Satory (Yvelines), tout le monde aurait à gagner à ce qu’ils se regroupent davantage par pôle de compétences. »

Lancés dès le début 2011, les deux premiers partenariats de l’OpenLabs PSA seront signés avec l’Institut de la Science en mouvement (ISM) de Marseille, et avec le Laboratoire de l’intégration du matériau au système (IMS) à Bordeaux.

Le StelLab, un « hub » d’OpenLabs

En interne, Peugeot compte gérer ce réseau d’OpenLabs par une autre nouvelle structure. Baptisée StelLab (Science technologies exploratory lean laboratory), elle sera inauguré le 27 octobre prochain à Vélizy (Yvelines). Cette dernière aura pour mission de mettre en réseau l’ensemble des chercheurs des OpenLabs avec ceux des laboratoires de recherche du groupe. Elle organisera également des séminaires multidisciplinaires et facilitera l’accueil d’étudiants et de chercheurs étrangers qui participeront à des programmes scientifiques initiés par la groupe.

Anne Léveillé

A lire aussi:

Luc-Alexandre Ménard (Pôle Mov'éo) : « Nous allons créer un centre d'excellence automobile dans les Yvelines » au micro de L'Usine Nouvelle TV au Mondial de l'auto de Paris, 2010

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS