Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

PSA produira en 2016, comme en 2017, au moins 1 million de véhicules en France

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le constructeur automobile PSA a détaillé, mercredi 10 décembre, ses objectifs de production à horizon 2017 sur ses sites français. Il y investira 1,5 milliard d’euros d’ici là afin de moderniser les processus de production.

PSA produira en 2016, comme en 2017, au moins 1 million de véhicules en France © D.R.

En comité central d’entreprise (CCE), mercredi 10 décembre, le groupe automobile a détaillé ses objectifs de production pour 2016 et 2017 dans ses sites français (hors Sevelnord). En 2017, PSA produira ainsi 945 000 véhicules, ce qui additionné à la production de l’usine d’utilitaires de Sevelnord (Nord), lui permettra de respecter son objectif d’un million de véhicules produits dans l’hexagone. Cet objectif avait été pris en échange de la signature de l’accord de compétitivité en 2013.

1,5 milliard d’euros d’investissement

Pour produire ce million de véhicules, PSA avait confirmé en octobre, lors d’un comité paritaire stratégique, qu’il investirait entre 2014 et 2017, 1,5 milliard d’euros en France, en particulier dans ses sites de production. Une partie de la somme sera également consacrée aux centres de R&D.

Cette enveloppe servira à moderniser les sites pour les rendre plus compétitifs, l’un des axes stratégiques du plan de redressement de Carlos Tavares "Back in the race". Chacune des quatre usines terminales accueillera alors d’ici à 2016 la production d’un nouveau modèle.

250 000 véhicules à Mulhouse en 2017

PSA prévoit de produire entre 242 000 et 250 000 véhicules dans l’usine du Haut-Rhin en 2017. Cette estimation prend en compte le passage à une ligne, qui doit intervenir en 2018. Mulhouse produit actuellement les Citroën C4/DS4 et le Peugeot 2008. Dès 2018, l’usine passera en monoflux et deviendra plus compacte pour produire deux silhouettes véhicules bâties sur la plate-forme modulaire EMP2.

Pour y parvenir, PSA y investira 400 millions d’euros, soit 100 millions de plus qu’initialement annoncés. Le but de PSA est de saturer l’outil industriel, en faisant tourner cette ligne en trois équipes, pour atteindre un taux d’utilisation de 115 à 120%. En 2015, le groupe compte produire à Mulhouse 205 000 véhicules.

380 000 véhicules à Sochaux

A quelques dizaines de kilomètres, à Sochaux (Doubs), l’usine produira entre 345 000 et 380 000 véhicules en 2017. Elle recevra pour cela 300 millions d’euros. Le site produit la 308, voiture de l’année 2014 (berline et break), et elle accueillera en 2016 la production du monospace Opel Zafira, basé sur la plateforme EMP2.

La nouvelle génération du Peugeot 3008, cousin du Zafira, sera également produite sur le site. A terme, le site pourrait également récupérer la production des remplaçantes des berlines Peugeot 508 et Citroën C5, actuellement produites à Rennes. En 2015, Sochaux devrait produire 310 000 véhicules.

205 000 véhicules à Poissy

C’est l’estimation haute, car PSA prévoit que Poissy pourrait ne produire que 140 000 véhicules. Le site des Yvelines est en effet en pleine mutation. Il sera spécialisé dans les véhicules premium comme la Peugeot 208 GTi ou la Citroën DS3 et leurs remplaçantes, tandis que les versions généralistes seront toutes produites en Slovaquie, à Trnava.

PSA doit investir 137 millions d’euros afin de transformer le site francilien en usine haut de gamme, qui passera également d’ici trois ans en monoflux. "Il ne devrait pas y avoir de nouveau véhicule sur le site avant 2017. Poissy va connaître des moments difficiles", s’inquiète un syndicaliste de PSA. En 2015, Poissy a pour objectif la production de 185 000 voitures.

110 000 véhicules à Rennes

Là encore c’est dans le meilleur des cas. En 2017, PSA prévoit une fourchette de production de 65 000 à 110 000 véhicules. Et l’année prochaine, seulement 57 000 berlines 508 et C5 sortiront des chaines. Souvent source d’inquiétude, l’usine de Rennes (Ille-et-Vilaine) bénéficiera cependant de 90 millions d’euros d’investissement. La somme est plus modeste que dans les trois autres usines, mais elle permettra l’arrivée sur les chaines de la prochaine génération du monospace Peugeot 5008, transféré de Sochaux.

1,35 million de boîtes de vitesse et 1,945 million de moteurs

PSA a également donné le 10 décembre ses objectifs de production pour ses principales usines d’organes. Metz (Moselle) produira des boites de vitesse pour 775 000 véhicules l’an prochain et pour 1,35 million en 2017. A Trémery (Moselle), des moteurs pour 1,571 million de véhicules seront produits en 2015.

En 2017, la fourchette de production oscillera entre 1,7 et 1,945 million d’unités. Enfin à l’usine de boite de vitesse de Valenciennes (Nord), ce sont 1,450 million d’unités qui sortiront des chaînes en 2015, et jusqu’à 1,54 million en 2017. La direction de PSA a rassuré les représentants syndicaux sur l'amélioration de la santé financière du groupe.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle