PSA Peugeot-Citroën peut-il se sauver grâce à Opel ?

General Motors et PSA viennent de dévoiler les projets qu'ils mèneront en commun. C'est sous la marque Opel que le constructeur américain a décidé d'avancer. Pas forcément une bonne nouvelle pour Peugeot-Citroën

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

PSA Peugeot-Citroën peut-il se sauver grâce à Opel ?

"Moins par moins, ça fait plus !" Ce postulat est une des règles fondamentales des sciences mathématiques et elle pourrait le devenir aussi en matière automobile… si PSA et General Motors réussissent leur pari. Après avoir annoncé qu’Opel ne faisait pas partie du périmètre de leurs discussions, les deux groupes ont finalement décidé de changer d’avis et de développer quatre projets de véhicules en commun sous les marques Opel (pour GM), Peugeot et Citroën (pour PSA).

Les deux partenaires vont visiblement développer d’ici 2016 : un monospace de marque Opel et un crossover (petit 4 x 4) de marque Peugeot ; un mini-monospace de marque Opel et Citroën, une plateforme pour petites voitures à faibles émissions de CO2 pour Opel, Peugeot et Citroën ; et un programme pour le segment D (berline familiale) pour Opel, Peugeot et Citroën. Nulle part il n’est fait mention des autres marques de General Motors comme Chevrolet ou Cadillac.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La question que l’on peut se poser alors est la suivante : cette alliance de deux constructeurs malades permettra-t-elle de créer un champion mondial ? Rien n’est moins sûr car le Français et l’Allemand souffrent finalement des mêmes maux. Tous deux sont encore très dépendants du marché européen et pas suffisamment implantés à l’international (PSA produit encore 58 % de ses voitures entre la France et les pays voisins).

Tous deux ont des marques qui peinent à porter un message haut de gamme malgré de réels efforts tant en termes de qualité que de design (avec la gamme DS). Tous deux ont un problème de surcapacité à régler sur le Vieux Continent : PSA a fermé Aulnay, Opel devra sans doute fermer Bochum. Enfin, tous deux sont dans une situation financière déplorable, pris dans une course au cash qui les empêche de dégager suffisamment de marges pour investir en Chine, au Brésil ou en Inde.

On le voit, le plus dur finalement reste à faire pour les deux partenaires. Avant de voir les bénéfices tangibles de cette alliance, PSA et GM vont de voir mener à bien -et de concert- des restructurations sur leur appareil productif et leur centre de R & D du Vieux Continent. Qu’ils le veuillent ou non, les règles mathématiques ne s’appliquent pas toujours en matière économique.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS