Quotidien des Usines

PSA Peugeot Citroën a recomposé son site de Rennes pour la 508

, , , ,

Publié le

Avec l’arrivée de la production de la 508, le site de PSA Peugeot Citroën à Rennes-La Janais célèbre aussi une nouvelle forme de production et de travail.

PSA Peugeot Citroën a recomposé son site de Rennes pour la 508 © psa peugeot citroen

Spécialisée dans la production de véhicules haut de gamme et de gamme supérieure, l’usine de Rennes a subi le contre-coup de la baisse de ce marché, en net recul (-20%) depuis plus de dix ans selon le groupe. Il était donc impératif pour PSA Peugeot Citroën d’investir massivement dans la recomposition du site. L’objectif étant de retrouver un niveau de performance économique nécessaire pour le constructeur et pour le site.

Recadencement

Le groupe a lancé en 2008, avant la crise, le projet Rennes 2010, comprenant « des changements tant industriels que sociaux ». Sur le premier plan, le site de Rennes accueille désormais une petite « révolution logistique » avec la technique du recadencement. Il est fini le temps où les salariés devaient eux-mêmes mettre dans l’ordre les différentes pièces des véhicules, arrivées en bord de ligne. Depuis le mois d’avril, les pièces sont mises directement dans l’ordre d’assemblage des véhicules dans un bâtiment spécialisé. Elles sont ensuite déplacées par chariots vers le salarié chargé de monter le véhicule, qui n’a plus à les trier. « Des personnes ont été formées et sont spécialisées au recadencement. C’est un système qui a été généralisé sur le site et qui devrait considérablement améliorer la productivité », précise la direction.

Plus globalement, l’usine a revu en profondeur son système de fonctionnement et ne dispose plus que de deux lignes de production sur trois. Le groupe a en effet abandonné son objectif d’atteindre une production de 450 000 véhicules par an, comme à ses débuts dans les années 1960. Il souhaite fabriquer 250 000 unités par an et faire du site une usine avec un « potentiel réalisable » en France. « Le groupe PSA Peugeot Citroën a investi 50 millions d’euros dans notre site pour sa recomposition, signe fort de l’importance qu’il apporte à Rennes », affirme la direction.


Dates clés de la recomposition du site :
• Début mai : arrêt de la 3ème ligne et début des travaux de la mini ligne
• Mi-juin : démarrage de la mini ligne avec la C6 et Coupé 407
• Juillet : intégration de la 607 sur la mini-ligne
• 9 juillet au 24 août : arrêt de la ligne 2 pour travaux de désinvestissement et implantation du dispositif logistique
• 24 août : démarrage de la ligne principale à 46 véh/h

- 210 000 m2 d’ateliers

Si les locaux n’ont pas été refaits totalement, le groupe a décidé de supprimer les nombreux petits ateliers situés parfois à plus d’un kilomètre des quatre grands espaces dédiés à l’assemblage, au ferrage, à la peinture et au montage. Désormais, chaque étape est effectuée dans un bâtiment dédié, regroupant ateliers principaux et secondaires. « Une manière d’éviter des allers-retours de pièces inutiles et un bon moyen de gagner en productivité », assure la direction du site. Au total, le compactage des surfaces du site a réduit de 210 000 m2 les ateliers. Les bâtiments restés vides de toute activité ont été réaménagés pour accueillir de nouvelles activités connexes, comme « la formation PSA pour le Grand Ouest ou un pôle informatique, permettant la reconversion de certains salariés dans des fonctions de programmateurs JAVA ».

Ces changements permettent donc au site de Rennes de se centrer sur quelques modèles phares pour les deux marques du groupe. La première ligne de production accueille la C5, la 407 (qui devrait peu à peu disparaître sans date précise pour l’instant) et la 508, remplaçante de la 407. « Au lancement de la production en avril, nous étions à une ou deux 508 par jour. Aujourd’hui, quinze unités sortent chaque jour, ce qui nous permet d’adapter le process, d’améliorer la qualité des modèles. Notre but est de monter en cadence sa production en octobre ou novembre pour atteindre 670 véhicules en 2011 », assure le groupe.  La seconde ligne, plus petite (deux véhicules par heure), est destinée à la production de la C6 et de la 607.

Une équipe de nuit en mars

A côté du pan industriel, le projet Rennes 2010 a engendré de profonds changements en matière sociale. 1792 salariés ont adhéré au plan de départs volontaires lancé en 2009 et clos en mars 2010 et plus de 490 personnes ont été « prêtées » par le site à d’autres usines. « Ces salariés devraient revenir sur notre site petit à petit pour que nous ayons une troisième équipe de nuit en mars, au moment du lancement de la 508 », assure la direction. Une troisième équipe dont les conditions de travail n’ont pas été précisées, selon la CGT. « Le groupe ne s’est pas engagé sur la durée de cette troisième équipe de nuit, qui sert surtout de variable d’ajustement pour les premiers mois de production », explique le syndicat.

Pour les 6476 salariés restants dans l’usine, le projet Rennes 2010 a occasionné des modifications de travail. L’ensemble du personnel a dû être formé à la diversité des productions des modèles présents sur les deux dernières lignes. Un passage qui s’est fait en douceur, selon la direction, qui se félicite d’avoir anticipé les choses.

Reste qu'à la CGT on ne l’entend pas de la même oreille. Pour le syndicat, le lancement de la 508 ne vient pas atténuer l’inquiétude présente chez les salariés concernant l’avenir du site, après la disparition de la 407 et de la C5. « Nous n’avons aucune réponse de la direction sur ce point, explique un responsable CGT. Que va devenir le site, alors que nos effectifs ont été réduits de moitié depuis dix ans, qu’on supprime encore une ligne maintenant et que malgré tout le groupe est rentable et devrait nous assurer un emploi durable ? ».
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte