PSA mise sur les Andes pour compenser le Brésil et l'Argentine

par Gilles Guillaume
Partager
PSA mise sur les Andes pour compenser le Brésil et l'Argentine

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën compte sur l'émergence de nouveaux marchés en Amérique latine pour nourrir à moyen terme sa croissance dans la région et compenser la volatilité du Brésil et de l'Argentine, les deux grands marchés historiques du continent.

Fers de lance de ce troisième front "panaméricain", le Chili, le Pérou et la Colombie devraient voir la taille cumulée de leur marché doubler à l'horizon 2021, pour dépasser un million de véhicules neufs par an, a déclaré mercredi le directeur de la région Latam de PSA.

"Le principal bassin de croissance, en dehors du Mexique, c'est le couloir andin", a déclaré Carlos Gomes au cours d'une réunion avec la presse. "C'est le premier foyer de croissance que nous voyons pour nos marques et le groupe à cet horizon."

PSA présentera le 5 avril un nouveau plan stratégique de moyen terme, "Push to pass" (appuyer pour dépasser), qui prendra la relève du plan de redressement financier "Back in the race".

La nouvelle feuille de route sera notamment axée sur l'internationalisation du groupe et son ouverture à de nouveaux marchés émergents pour compenser le poids de l'Europe et de la Chine.

Parmi ces nouveaux marchés, Carlos Gomes a aussi cité Cuba, où la part de marché de la marque Peugeot a atteint l'an dernier 15%.

PRÈS DE 4% DE PART DE MARCHÉ COMME OBJECTIF

En Amérique latine, PSA est parvenu l'an dernier à renouer avec les bénéfices pour la première fois de son histoire.

Doté d'une usine à part entière en Argentine, et d'une autre au Brésil depuis les années 2000, le groupe vient de diviser par deux le nombre des modèles qu'il commercialise sur le continent pour se concentrer sur les plus rentables, a supprimé 3.000 emplois sur ses sites industriels et fermé deux sites tertiaires au Brésil pour regrouper ses forces sur une seule implantation.

"En 2015, notre objectif de devenir rentable a été atteint", a dit Carlos Gomes. "Nous voulons bien sûr continuer à être rentables mais nous voulons aussi progresser en volume et en part de marché."

Le groupe compte ainsi porter à 3,9% sa part de marché dans la région d'ici la fin 2016, contre 3,2% en 2015. Carlos Gomes a précisé que le niveau visé avait déjà été atteint en février.

PSA vise aussi 180.000 ventes en 2016 en Amérique latine, contre 160.000 environ l'an dernier, bien que cette ambition reste soumise aux importants aléas macroéconomiques que connaît la région.

Les marchés argentin et brésilien restent incontournables de par leur taille. Mais Carlos Gomes attend cette année une stagnation en Argentine, en soulignant toutefois que la visibilité y est quasi nulle, et prévoit une baisse de 15% environ au Brésil, soit une quatrième année de contraction d'affilée.

Le directeur de la région Latam a estimé que le continent resterait pendant encore longtemps volatil et difficile. Car avec cinq millions d'unités actuellement, la région reste petite par rapport à la Chine, aux Etats-Unis ou à l'Europe, et composée d'une mozaïque de pays aux habitudes de consommation variées et aux relations économiques complexes.

"Cette région ne sera pas l'eldorado de l'auto", a résumé Carlos Gomes. "Cela dit, il y a du business à faire."

(Edité par Dominique Rodriguez)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS