Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA milite en faveur du retour du bonus pour les véhicules hybrides en 2019

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/09/2018 À 07H01

Alors que le projet de loi finances va être présenté le 24 septembre, PSA défend le retour du bonus pour les véhicules hybrides rechargeables. Supprimée en 2018, l'aide publique offrait encore 1000 euros par voiture en 2017.

PSA milite en faveur du retour du bonus pour les véhicules hybrides en 2019
PSA défend le retour du bonus pour les véhicules hybrides rechargeables.
© Dominique Pizzalla - PSA

PSA milite en faveur d'un retour du bonus pour les véhicules hybrides rechargeables en France dès 2019. Le constructeur veut ainsi aider au décollage d'une technologie qui permet de réduire les émissions de CO2 et de rouler en ville en mode tout électrique. Le projet de loi de finances sera présenté le lundi 24 septembre en Conseil des ministres. L'adoption définitive par le Parlement intervient en général mi-décembre, avec un avis du Conseil constitutionnel en toute fin d'année.

L'aide publique, encore de 1000 euros par voiture en 2017, a été supprimée en 2018. Le groupe sochalien, qui lancera au second semestre 2019 son premier hybride rechargeable essence-électrique, aimerait qu'un bonus de 2000 euros soit intégré dans le nouveau projet de loi de finances qui arrive bientôt au Parlement.

"Il est important que les autorités publiques réfléchissent aussi à la mise en place d'incitations pour le plug-in hybride", a déclaré Alexandre Guignard, vice-président senior en charge de la division véhicules à faibles émissions, au cours d'une présentation à la presse de l'atelier de prototypage de Sochaux où se prépare l'industrialisation des futurs véhicules hybrides du groupe.

"Des 'incentives' pour les véhicules électriques, il y en a aujourd'hui, il n'y en a pas pour les véhicules hybrides. Or le véhicule hybride est un excellent moyen de passer du thermique à l'électrique", a-t-il ajouté.

Une dépense de 40 millions d'euros

Si le bonus de 6000 euros pour l'acquisition d'un véhicule électrique devrait être reconduit, la question d'un retour d'une prime pour les véhicules émettant moins de 60 grammes de CO2 au kilomètre - voire moins de 50 grammes - n'est pas encore tranchée.

Le sujet fait actuellement l'objet de discussions entre le gouvernement et le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), au nom des deux constructeurs nationaux PSA et Renault, a indiqué Laurent Fabre, délégué aux institutions publiques de PSA.

"C'est l'amorce du marché qui est importante, et l'État écoute tous les arguments", a-t-il ajouté. "Selon les estimations du CCFA, avec une prime de conversion [des anciens véhicules diesel] reconfigurée sur une définition plus sociale, on arrive à financer le système."

D'après Laurent Fabre, un bonus de 2000 euros représenterait une dépense de l'ordre de 40 millions d'euros pour l'État.

Les marché des véhicules électrifiés multiplié par dix d'ici 2025

Tous les constructeurs vont accélérer le déploiement de leur gamme électrifiée au cours des prochaines années pour atteindre l'objectif européen de 95 grammes de CO2 en 2021, d'autant que la disgrâce du diesel, plus vertueux que l'essence sur le dioxyde de carbone, a rendu cet objectif plus compliqué à atteindre.

L'électrification permettra aussi de répondre à la menace d'éventuelles interdictions de circuler dans les grandes agglomérations pour les moteurs purement thermiques.

À l'échelle mondiale, le marché des véhicules électrifiés devrait voir sa taille multipliée par dix d'ici 2025.

Effort sur l'hybride rechargeable chez PSA

Chez PSA, l'effort sera d'abord surtout visible sur l'hybride rechargeable - avec le DS7 Crossback E-Tense 4X4 mi-2019, le Peugeot 3008 à l'automne et la Peugeot 508 fin 2019 - puis sur l'électrique, avec le DS3 Crossback E-Tense au second semestre 2019 et la Peugeot 208 et l'Opel Corsa en 2020.

Chez Renault, c'est l'inverse. Le groupe au losange parie depuis plusieurs années sur l'électrique et s'est tourné plus tard vers les solutions d'hybridation essence-électrique. Ce retard pourrait être comblé dans le cadre du nouveau plan stratégique 2022, avec notamment l'apport de l'expertise de Mitsubishi dans l'hybride rechargeable.

 

Avec Reuters (Avec Myriam Rivet à Paris, édité par Gwénaëlle Barzic)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle