Tout le dossier Tout le dossier

PSA : les ouvriers abattus débraient à Aulnay

[ACTUALISÉ] - L'annonce le 12 juillet par PSA Peugeot Citroën de la suppression de 8 000 postes et de la fermeture de l'usine d'Aulnay en 2014 a fait l'effet d'une bombe chez les ouvriers. Le travail a repris doucement vendredi matin sur les chaînes du site de Seine-Saint-Denis, mais un débrayage a été constaté par la direction à partir de 11 heures.

Partager
PSA : les ouvriers abattus débraient à Aulnay

Isabelle Blanchet, 44 ans, et son mari, Laurent, font partie des couples de l’usine PSA d’Aulnay. Dix-sept ans d’ancienneté pour cette ouvrière qualifiée travaillant au service qualité, un peu plus pour lui, comme le raconte Le Parisien-Aujourd'hui en France dans son édition du 13 juillet.

Les Blanchet ont pris la nouvelle de la fermeture de l'usine d'Aulnay le 12 juillet en pleine tête même s'ils "l'attendaient depuis des mois", craignant la confirmation de cette "vieille rumeur" : "Depuis que je suis à PSA, j’ai toujours entendu dire que ça allait fermer ", confie cette maman de trois enfants.

Les bons souvenirs de ses années à Aulnay lui paraissent aujourd’hui bien lointains, balayés par l’angoisse collective : "Est-ce qu’on acceptera d’être mutés, de prendre un chèque ? Personne ne sait, moi-même je n’en sais rien. Les gens vont perdre tous leurs repères". Elle n’en veut pas à la direction : "Je comprends qu’elle ait des difficultés. Mais il fallait informer les gens plus vite".

Isabelle, membre depuis quelques années du Syndicat indépendant de l’automobile, veut "rester digne jusqu’au bout" : "Montrer qu’on ne va pas se laisser faire, mais continuer à sortir de belles voitures pour le client".

Amertume après l'annonce des 1 400 suppressions de postes à Rennes

Ambiance pesante et visages fermés également sur le site PSA de la Janais, à Rennes, après l’annonce de la suppression de 1 400 postes. "L’appréhender c’est une chose, se l’entendre confirmer, ça fait mal", commente un salarié qui travaille au montage depuis une vingtaine d’années au journal Ouest-France.

"On savait que Rennes allait morfler, mais peut-être qu’on espérait que les chiffres annoncés n’allaient pas être ceux-là ou qu’on allait y échapper. 1 400 ! C’est un vrai coup de massue", rétorque un autre ouvrier.

François, lui, avoue être au plus mal. "PSA, c’est aussi une histoire de famille. Il y a plein de couples ici dont beaucoup ont encore des enfants à charge, des crédits à rembourser ! On va partir en vacances avec une grosse boule au ventre ! Et si on doit quitter PSA, où voulez-vous que l’on retrouve du travail ?".

Débrayage à Aulnay

Vendredi matin, la production était au ralenti à l'usine PSA d'Aulnay, ont indiqué la CGT et la direction du site, cette dernière affirmant cependant que la plupart des salariés étaient à leur poste. "Aujourd'hui, le travail a commencé en retard. Ca tourne au ralenti car tout le monde est écoeuré", a déclaré Jean-Pierre Mercier, de la CGT.

"Ca tourne un peu ce matin", a dit la direction à l'AFP, ajoutant cependant que "la plupart des salariés sont à leur poste". "A partir du moment où quelques secteurs sont bloqués, ça bloque les autres", a expliqué cette source à l'AFP.

Mais la production "n'est pas l'objectif premier aujourd'hui. Notre priorité est de parler aux gens, de détecter des situations de détresse", a dit la direction qui a décrit "des gens encore très choqués ce matin". Et de clarifier : "Nous avons repris le temps de faire une séance d'information : les choses d'hier avaient besoin d'être redites".

A 11 heures, la direction a fait état d'un débrayage des ouvriers : la "ligne de production ne tourne plus".

Selon le délégué central CGT Jean-Pierre Mercier, la "grève a démarré après une panne au ferrage". Des ouvriers ont "débrayé" lorsque "la direction a demandé aux salariés de réparer et reprendre le travail", relate-t-il. "La veille, la direction nous dit qu'en 2014 c'est fini. Aujourd'hui on nous force à reprendre le travail" mais "plus personne n'a envie de se tuer au travail", a déclaré M. Mercier en fustigeant "l'arrogance du directeur" du site d'Aulnay.

La direction a assuré de son côté qu'"il ne s'agissait pas d'un débrayage", ajoutant que "certaines personnes sont encore extrêmement choquées, nous ne souhaitons pas les forcer à travailler" ce vendredi. Et d'ajouter : "Nous ne nous sommes pas fixé d'objectif de production aujourd'hui", "ce n'est pas la priorité".

2 Commentaires

PSA : les ouvriers abattus débraient à Aulnay

Relayeur
14/07/2012 16h:11

Contraint par son nouvel actionnaire General Motors, tenu par United Against Nuclear War Iran (dont la présidente est la bushiste Kristen Silverberg et l'un des conseillers d'administration, Meir Dagan, directeur du Mossad de 2002 à 2010, etc.), à abandonner TOTALEMENT son marché le plus prometteur, l'Iran, où la firme détenait 30% du marché des ventes automobiles, soit 22% de son chiffre d'affaires. L'usine Peugeot de Vesoul a mis ses ouvriers au chômage technique depuis janvier. Ce n'est pas les médias nationaux qui vont vous le dire. Ciao pantins !

Réagir à ce commentaire
Pauline Ducamp
16/07/2012 14h:14

Si l’argument de l’Alliance avec GM peut sembler pertinent, il s'agit avant tout d'une question financière. Les sanctions internationales pèsent sur les banques iraniennes et empêchent tout flux financier entre l'Iran et l'extérieur. PSA ne fabrique plus de véhicules car il n'est plus payé. La perte est considérable car elle se monte à 400 000 véhicules par an environ.

Réagir à ce commentaire

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto

PSA : 550 postes pourraient être sauvés

Quotidien des Usines

Le sort de PSA Aulnay sur la table

Auto

Les principales déclarations de la remise du rapport Sartorius sur PSA

Auto

Le rapport Sartorius valide le plan d'économies de PSA avec des réserves

Auto

"C’est la stratégie de Philippe Varin qui est remise en cause par Sartorius"

Auto

PSA quitte le CAC 40, Solvay prend sa place

Auto

Vers un rapprochement PSA-Chevrolet

Quotidien des Usines

L’été noir de PSA

Auto

Quel impact pour PSA d’une sortie du CAC 40 ?

Auto

Les transferts de production entre Opel et PSA, objets de rumeurs

Quotidien des Usines

Philippe Varin lance la mission de reconquête pour Aulnay

Investissements industriels

Plan Rebond 2015 : la nouvelle bouée de secours de PSA

Auto

Devant le siège, les syndicats maintiennent la pression sur PSA

Quotidien des Usines

PSA Aulnay : "La ville n’a pas dit son dernier mot !"

Auto

Le cash, clé des négociations entre l’Etat et PSA

Constructeurs

BMW aurait mis fin à sa coentreprise avec PSA

Constructeurs

L’Etat s’empare du dossier PSA

Auto

Dix points pour sauver Opel

Auto

PSA va supprimer 8 000 emplois en France

Quotidien des Usines

"PSA nous a menés en bateau"

Auto

La folle journée de PSA

Quotidien des Usines

Le site PSA de Poissy touché par 700 suppressions de postes

Auto

Philippe Varin (PSA) : "Pas de licenciements secs mais une solution pour chacun"

Éco - social

Arnaud Montebourg rappelle le "devoir" de PSA vis-à-vis de la nation

Auto

PSA, le constructeur qui a fermé dix usines en six ans

Editorial

Le dilemme de PSA : du premium ou des volumes

Auto

Le conseil de surveillance de PSA soutient Varin et sa stratégie

Constructeurs

Michel Sapin promet le soutien de l’Etat dans le dossier de PSA Aulnay

Auto

PSA prévoit de nouvelles mesures d’économies

Quotidien des Usines

Comité sous tension chez PSA

Auto

Automobile : Comment bien fermer Aulnay ?

Auto

Automobile : PSA en quête de cash

Auto

PSA Aulnay, usine paradoxale

Auto

PSA Aulnay et Opel Bochum, nouveaux Vilvoorde ?

Auto

"Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture de PSA Aulnay"

Quotidien des Usines

PSA pourrait annoncer la fermeture de l’usine d’Aulnay fin juillet

Auto

PSA a reçu plusieurs offres pour Gefco

Quotidien des Usines

Le plan de départs de PSA cale

Auto

PSA vend son siège

Auto

PSA - GM, la nouvelle alliance

Auto

PSA envisage des restructurations

Auto

Automobile : pourquoi PSA a besoin d’un partenaire

Editorial

208 : le modèle que Peugeot ne peut pas rater

Tout le dossier

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS