PSA investit 200 millions d’euros pour moderniser Sochaux

Le constructeur automobile PSA va moderniser son usine historique de Sochaux-Montbéliard (Doubs). A terme, le site sera en mesure de produire 400 000 véhicules par an. Le groupe lance un plan de 300 recrutements.

Partager
PSA investit 200 millions d’euros pour moderniser Sochaux

Le lion PSA ressort ses griffes. Après une période de flottement, le groupe automobile mené par Carlos Tavares semble pris d’un féroce appétit. Mardi 14 février fuitait l’information – qui n’est pas encore officielle – de négociations avancées entre le constructeur français et General Motors, en vue d’un rapprochement avec Opel, la filiale européenne du groupe américain. Deux jours plus tard, PSA annonce un investissement monstre : 200 millions d’euros dans son usine historique de Sochaux-Montbéliard (Doubs). Nom de code, "Sochaux 2022". "L’objectif est que le berceau de PSA redevienne un site industriel de référence au meilleur niveau de compétitivité européenne", résume le porte-parole du groupe.

Plus que centenaire, le site a besoin d’un profond lifting pour se mettre à niveau en termes de performances industrielles. "L'objectif de ce projet stratégique consiste à simplifier un flux, hérité de plus de 100 ans d'histoire industrielle, et qui ne permet pas à Sochaux d'exprimer son plein potentiel par rapport aux autres sites industriels du Groupe PSA", explique le constructeur dans un communiqué. Et l’investissement ne se cantonne pas à l’acquisition de quelque machines. C’est une réorganisation complète du site – 200 hectares de superficie, 55 bâtiments, 24 km de convoyeurs, un ballet de dizaines de camions par jour – que dévoile le groupe.

De nouveaux moyens de production

"Au terme de ce projet de transformation, Sochaux sera en mesure de répondre aux variations des attentes des clients grâce à un flux multi-silhouettes très polyvalent, capable de fabriquer six silhouettes différentes [autrement dit six types de carrosseries différentes, ndlr], avec une capacité de production de 400 000 véhicules par an", précise le communiqué. Un niveau supérieur à ceux enregistrés ces dix dernières années, avec un pic de production de 373 000 véhicules en 2011 et seulement 350 000 véhicules en 2016. "Nous prévoyons une production de 385 000 véhicules en 2017", précise Yann Vincent, directeur industriel et supply chain de PSA.

Le site de Sochaux bénéficie à son tour d’un investissement majeur, alors que le groupe a investi 1,5 milliard d’euros entre 2014 et 2016 pour moderniser ces autres sites, à l’image de celui de Mulhouse. Les dirigeants du groupe voient dans cet investissement la preuve que la production de véhicules peut rester compétitive en France. Impossible de savoir dans quelle mesure cette modernisation permettra de réduire les coûts de production. Mais elle s’inscrit en plein dans l’objectif du groupe de baisser de 700 euros le coût de chaque véhicule sur la période 2015-2018.

Le changement majeur d’organisation de ce site historique sera aussi rendu possible par l’acquisition d’une nouvelle ligne de presse transfert grand gabarit, nécessitant d’importants travaux de génie civil : elle sera capable de produire des pièces en acier et en aluminium à haute cadence. Egalement prévus : l’aménagement d’un atelier de ferrage, capable d’accueillir toutes les productions du site, ainsi que l’implantation d’un atelier de montage. Au final, l’usine ne fonctionnera que sur un flux, au lieu de deux aujourd’hui.

Quel avenir pour les salariés ?

"Conçu selon les principes de l'usine du futur, Sochaux disposera des dernières évolutions en matière d'outils numériques, de logistique full kitting, de plates-formes mobiles sur lesquelles les opérateurs prendront place pour une meilleure ergonomie et un niveau de qualité optimum", peut-on lire dans le communiqué. Le full kitting ? Une méthode – déjà mise en œuvre dans l’usine de Mulhouse – qui consiste à approvisionner des boîtes en bord de ligne avec les bonnes pièces pour le véhicule qui arrive devant les opérateurs.

Reste une inconnue : ce plan d’investissement aura-t-il des conséquences sur l’emploi ? Aujourd’hui, le site compte au total 11 000 salariés – dont environ 1500 intérimaires –, qui assurent la production de la 308 et de la 3008. Les dirigeants ne se frottent à aucun pronostic. "La meilleure garantie pour maintenir l’emploi, c’est assurer l’activité du site, qui dépend du niveau de qualité des voitures et de leurs prix de vente, argue maxime Picat, directeur de la région Europe de PSA. Avec ce plan d’investissement, le site sera capable de produire à un haut niveau de qualité tout en réduisant les coûts".

"Nous lançons aussi une campagne de recrutement de 300 personnes pour le site de Sochaux, afin de constituer une troisième équipe nécessaire au vu du succès commercial de la 3008", affirme Yann Vincent. Un chiffre qui comprend 70 personnes en CDI, une centaine de CDI intérimaires et le reste en intérimaires purs. Autre précision sur le volet social : le groupe prévoit plus de 60 000 heures de formation pour accompagner le projet "Sochaux 2022" et il promet des progrès significatifs en termes d'ergonomie au poste de travail.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

92 - ONERA

Etudes, fabrication et installation d'une centrale d'air sur le site du Fauga-Mauzac (31)

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS