PSA et DongFeng célèbrent leur union

Le français PSA et le chinois DongFeng ont officiellement signé mercredi 26 mars le mémorandum d’accord portant sur leur rapprochement. La construction d’une quatrième usine sera bientôt officialisée.

Partager
PSA et DongFeng célèbrent leur union

L'écrin est à la hauteur du bijou. C’est dans le prestigieux hôtel d'Evreux, Place Vendôme à Paris, que PSA avait convié son partenaire chinois DongFeng pour la conférence de presse suivant la signature officielle de leur partenariat. Pyramide de flûtes de champagne, bouquet de fleurs rouges, lustres imposants, la solennité du lieu soulignait l’importance de l’événement, qui doit assurer un avenir au constructeur français.

Signature en deux temps

Mais Xu Ping, le PDG de DongFeng Motor Corporation n’a pas profité longtemps de l’endroit. Programmée à 18 heures, la conférence a débuté avec une heure de retard et s’est ensuite déroulée au pas de course. Tout cela n'est finalement pas très grave. L’essentiel avait déjà été réalisé. PSA et DongFeng avaient en effet signé dès mardi la plupart des documents du "mémorandum d’accord portant sur leur rapprochement". La signature officielle a ensuite été apposée mercredi 26 mars dans un lieu encore bien plus prestigieux, à l’Elysée, en présence de François Hollande et du président chinois Xi Jinping. C’est d’ailleurs cette cérémonie qui a retenu jusqu’à 19 heures Philippe Varin, Xu Ping et les ministres Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici.

Plus gros investissement chinois en France

"Ce contrat est le plus gros investissement chinois en France !", a précisé Pierre Moscovici, ministre de l’Economie. A ses côtés, Xu Ping a ajouté : "A Paris, dans cette ville magnifique, l’entrée de DongFeng au capital de PSA marque une longue amitié, une coopération de longue date mais aussi une nouvelle coopération stratégique. DongFeng va renforcer sa position sur son marché, nous voyons beaucoup d’avantages en termes de R&D, de synergies des achats. Ce sera aussi bénéfique pour les emplois de la France". A ses côtés, l’artisan de ce rapprochement, Philippe Varin, affichait un grand sourire.

Baroud d’honneur

Le président du directoire de PSA a en effet vécu ce mercredi soir ses derniers instants à la tête du constructeur. Il cédera son fauteuil le 31 mars à Carlos Tavares. "Je ressens une grande satisfaction à cet instant précis", a lancé Philippe Varin en débutant son intervention. Robert Peugeot comme Pierre Moscovici ont salué son action pour arriver à cet accord. Fini les tensions entre celui qui dirigeait à l’été 2012 un "malade imaginaire" selon Arnaud Montebourg et le gouvernement, fini les crises entre le partisan de l’ouverture à l’international et la famille Peugeot, concentré sur le marché français.

Un million et demi de voitures

Le partenariat va amener à PSA trois milliards d’euros d’argent frais et assure surtout l’accélération de son développement en Chine et en Asie du Sud-Est. "L’objectif de ce partenariat est de produire 1,5 million de véhicules par an d’ici 2020, dans notre coentreprise DPCA, a rappelé Philippe Varin. Nous allons aussi mettre en commun nos forces de ventes en Asie du Sud-Est". Un centre de R&D va également être créé pour assurer le développement technique des véhicules destinés aux pays à forte croissance.

Une quatrième usine en Chine

PSA prévoit 400 millions d’euros de synergies en 2020 grâce au renforcement de cette coopération. "Ce chiffre est prudent, concède-t-on au directoire. Mais le but est que l’aventure dure. Nous attendons beaucoup de compétitivité sur les produits, mais aussi plus largement, au niveau économique de cette alliance". L’annonce de la construction de la quatrième usine de DPCA en Chine sera bientôt annoncée. "Pour arriver au million et demi de véhicules produits, nous n’avons pas le choix, cette nouvelle usine est nécessaire", a rappelé le directeur des programmes Jean-Christophe Quémard. Les actionnaires de PSA se prononceront sur l’augmentation de capital et l’entrée de DongFeng et de l’Etat le 25 avril. Un autre rendez-vous attendait auparavant les dirigeants de DongFeng et PSA : le diner d'Etat donné mercredi soir à l'Elysée en l'honneur du président chinois.

Pauline Ducamp

0 Commentaire

PSA et DongFeng célèbrent leur union

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS