Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA-DongFeng : "Certains mois en Chine, on immatricule plus de voitures qu'en une année en France" selon Robert Peugeot

, , , ,

Publié le

Vu sur le web Alors que le chinois DongFeng fait officiellement son entrée au capital de PSA Peugeot Citroën, Robert Peugeot a évoqué ce mercredi 26 mars sur Europe 1 "une nouvelle page qui se tourne" pour le groupe, qui compte bien s'imposer en Asie et plus généralement à l'international. Le dirigeant est également revenu sur les conflits entourant ce choix au sein de la famille Peugeot et n'a pas exclu de voir la marque de DongFeng, Fengshen, commercialisé un jour en France. Retrouvez les principaux extraits de cet entretien.

PSA-DongFeng : Certains mois en Chine, on immatricule plus de voitures qu'en une année en France selon Robert Peugeot © Europe 1

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Sur l'entrée de DongFeng et de l'Etat français au capital de PSA Peugeot-Citroën

"C'est une nouvelle page qui se tourne ! A chaque époque ses difficultés. Nous avons traversé une période très difficile avec la chute du marché européen qui a été considérable. On sent que c'est la fin de cette chute : la remontée de ce marché s'esquisse."

Si Peugeot battra un jour pavillon chinois : "Il y a un accord entre les trois actionnaires (la famille Peugeot, DongFeng et l'Etat français, ndlr) pour rester tous les trois au même niveau. L'intérêt commun des actionnaires, c'est le développement de l'entreprise : elle va se développer à partir de ses bases. Ses centres d'étude à Vélizy, Sochaux, Shangai... C'est à partir de ces centres d'études que PSA Peugeot Citroen continuera à développer de nouveaux produits."

A lire : PSA - DongFeng : décryptage d'un plan industriel "taillé pour la croissance"

"L'Etat était présent dans le groupe au travers de la garantie qu'il avait apporté à la banque de financement. La logique de voir l'Etat co-actionnaire est une logique qui est je crois très appréciée par le personnel, les banques qui nous financent et l'ensemble des entreprises."

Sur le marché automobile chinois

"Où se trouve le principal marché aujourd'hui ? En Asie, en Chine. Certains mois, en Chine, on immatricule plus de voiture qu'en une année en France. La présence de Peugeot et Citroën en Chine est fondamentale."

"La Chine est dans une période de croissance extraordinaire, je suis très heureux de constater que la clientèle chinoise apprécie des marques aussi réputées que Peugeot et Citroën. Les ventes se développent. Les objectifs de notre joint-venture en Chine pour l'année qui vient, c'est 650 à 700 000 voitures."

Sur les conflits internes à la famille Peugeot (Thierry Peugeot s'était opposé à l'entrée de DongFeng au capital)

"Quand on franchit de grandes étapes, il est normal qu'il y ait des discussions, des avis différents, mais le jour où les décisions se prennent, elles se prennent à l'unanimité."

A lire : PSA sans la famille Peugeot (ou presque)

"Je pense que la responsabilité N°1 de la famille actionnaire historique de ce groupe, c'est d'assurer sa pérénité, les emplois, son développpement. L'opération que nous allons signer est une opération de recapitalisation nécessaire et une opération d'accord avec notre partenaire chinois que je connais depuis plus de 20 ans, des partenaires de longue date..."

Sur un projet de marque low-cosT en France

"Il y a un objectif à court terme : que dans notre joint-venture en Chine, nous montions rapidement à 1,5 million de voitures, probablement sur les trois marques Peugeot, Citroën et la marque de Dongfeng, Fengshen (pour le moment uniquement commercialisée en Chine et au Venezuela, ndlr)."

A lire : le plan de PSA et DongFeng pour conquérir l'Asie du Sud

Fengshen se destine "au départ pour le marché asiatique. Il s'agit de développer au départ cette marque pour le marché chinois, et demain de la commercialiser d'abord dans la région asiatique."

Sur une éventuelle commercialisation en France de véhicules Fengshen : "Ca pourrait un jour, mais pas tout de suite."

A lire : "PSA en 2024 : quand les DongFeng rouleront dans Paris"

Sur les surcapacités de production en Europe

"On a beaucoup parlé de fermetures d'usine en ce qui concerne le groupe : il a fait ce qu'il devait faire pour préserver l'avenir de l'entreprise qui était la fermeture et la reconversion d'Aulnay. Le groupe a signé des accords de compétitivité avec l'ensemble du personnel en France, a des objectifs de maintien de la production en France, bien entendu avec des efforts de compétitivité. Je crois que le groupe continue à être un très bon citoyen français."

A lire : "Encore dix usines automobiles de trop en Europe"

 
Sur une fermeture d'usine en France au cours des quatre prochaines années

"Ce n'est pas au programme actuellement ! Sur le détail du plan d'action, nous verrons ce que Carlos Tavares dira lors de sa présentation de son plan d'avenir, Back in the race, qu'il fera à partir de mi-avril."

A lire : Carlos Tavares, un pilote pour remettre PSA en piste
 

"Une nouvelle page se tourne pour Peugeot" par Europe1fr
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle