Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

PSA crée une coentreprise à Metz pour avancer sur l'hybride léger

Julie Thoin-Bousquié , , , ,

Publié le

Le constructeur automobile PSA s'est allié à Punch Powertrain, un spécialiste des boîtes de vitesses, pour produire des transmissions à double embrayage électrifiées dans son usine de Metz. 

PSA crée une coentreprise à Metz pour avancer sur l'hybride léger
PSA s'est allié à un fournisseur de boîtes de vitesses pour travailler sur l'hybridation légère.
© Benoit Tessier

Le groupe PSA poursuit son offensive dans le véhicule électrifié. Le constructeur automobile a confirmé jeudi 27 septembre la création d’une coentreprise avec le fabricant sino-belge de boîtes de vitesses Punch Powertrain. Objectif : produire des transmissions électriques au sein de l’usine de Metz (Moselle) d’ici 2022. La capacité de production attendue est de 600 000 unités par an, pour un investissement de 82 millions d’euros et des effectifs atteignant les "400 emplois à pleine charge", selon le constructeur automobile.

Plus précisément, la coentreprise – qui devrait être détenue à 50/50 par les deux acteurs – vise à assurer la fabrication de boîtes de vitesses à double embrayage électrifiées. Un composant qui devrait permettre au constructeur français d’avancer sur l’hybridation légère. Dans le cadre de cette solution, le moteur thermique est associé à un système d’hybridation 48 volts. Celui-ci apparaît comme un outil d’assistance pour le moteur, mais ne permet pas de rouler en pur électrique.

Multiplication par dix des ventes

Son réel intérêt est en fait à trouver du côté de la consommation. La micro-hybridation permet en effet de "réduire la consommation et donc les émissions de CO2, pour un coût inférieur à l’hybride classique", considère Frédéric Laganier, directeur de la stratégie industrielle du groupe. PSA estime que la réduction des émissions pourrait atteindre jusqu’à 16% rapport à une voiture thermique classique. "Cela nous permettra de proposer un moteur essence ayant la même consommation qu’un diesel", précise Frédéric Laganier.

Une aubaine, au moment où les réglementations sur la réduction des émissions de CO2 risquent de se durcir en Europe, et ce alors que les ventes de diesel – qui émet moins de dioxyde de carbone que l’essence – ne cessent de chuter. Dans le cadre de sa stratégie d’électrification, le groupe PSA veut proposer dès 2019 une version électrifiée de ses nouveaux modèles.

D’ici 2025, ce sont l’ensemble des modèles du groupe qui seront dotés d’une version hybride ou 100% électrique. Le constructeur anticipe une multiplication par dix des ventes de véhicules électrifiés d’ici 2025, dont une grande partie devrait être tirée par le dynamisme de la Chine.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle