Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA commence à récolter les fruits des plans d’économies

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Si le plan Rebond 2015 ne fait pas encore pleinement effet, les précédentes mesures d’économies et les premières synergies de l’Alliance avec GM commencent à se voir dans les comptes.

PSA commence à récolter les fruits des plans d’économies © Pascal Guittet

Philippe Varin s’est montré confiant dans sa stratégie pour redresser le groupe, ce mercredi 31 juillet, lors de la présentation des résultats financiers semestriels de PSA. "Nous voyons les premiers signes de redressement du groupe", n’a pas manqué de souligner à plusieurs reprises le président du directoire du groupe automobile. Les mesures d’économie qu’il a du mettre en place depuis fin 2011 commencent en effet à payer.

Au premier semestre, le constructeur a dégagé un cash-flow positif de 203 millions d’euros, hors coûts de restructuration, et ses pertes ont été divisées par deux. Après un premier plan d’un milliard d’euros d’économies l’année dernière, PSA a réussi à compresser durablement ses coûts.

Baisse des investissements

Le groupe (division automobile + Faurecia) a ainsi vu ses investissements baisser de 764 millions d’euros au premier semestre par rapport à la même période l’année dernière. Le constructeur vient d’achever un cycle de gros investissements industriels pour démarrer la production de véhicules au Brésil, en Russie mais aussi celle de moteurs EB 3 cylindres à Trémery (Moselle).

"Les efforts de productivité se font aussi sentir dans la conception de nos voitures, a souligné Philippe Varin. Notre plateforme modulaire EMP2 permet une grande reconduction de pièces entre les véhicules. Nous travaillons aussi beaucoup sur la mondialisation des modèles, comme le Peugeot 2008, pour réduire les coûts de développement".

Synergies avec General Motors

La plateforme modulaire EMP2 sera aussi utilisée dans les programmes de véhicules communs avec General Motors. L’objectif pour PSA est d’économiser, d’ici 2015, 350 millions d’euros par an sur la conception des véhicules grâce à l’Alliance. La direction du français n’a donné aucun chiffre des premières économies réalisées mais a confirmé que celles-ci se faisaient déjà sentir dans les dépenses de R&D.

PSA économise aussi sur les achats grâce à l’alliance et la coentreprise achats effective depuis le 25 février. Philippe Varin a annoncé 60 millions d’économies dans ce domaine cette année.

5 000 solutions sur 8 000 départs

D’ici la fin de l’année, mais surtout en 2014, PSA doit également bénéficier des premiers effets de son plan Rebond 2015. Il prévoit entre autres la suppression de 8 000 postes, avec notamment la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et des coupes drastiques sur le site de Rennes (Ille-et-Vilaine).

"5 000 solutions de reconversion ont déjà été identifiées" a souligne Philippe Varin. La phase de départs volontaires court jusqu’au 31 décembre. 700 solutions sur 1 400 suppressions de postes ont été trouvées à Rennes, 2 000 sur 3 000 à Aulnay. Enfin sur les 3 600 postes de structure qui doivent être supprimés, 2 500 dossiers ont été ouverts. "Le plan est sur les rails" a affirmé Philippe Varin.

Mais le président du directoire veut aller plus loin, pour adapter le groupe aux évolutions structurelles que connait l’automobile en Europe, à savoir la baisse de la production. "Il faut anticiper ces changements en sécurisant l’emploi et les compétences" a-t-il martelé.
Encore des efforts à faire

Cette anticipation sera discutée dès le 5 septembre et la prochaine réunion de négociations avec les syndicats sur le nouveau contrat social. "Au total, l’ensemble des mesures prises par le groupe doivent permettre de réduire significativement l’écart de coût de production de 600 euros par voiture entre une citadine construite en France et en Slovaquie" a souligné Philippe Varin dans une interview parue dans Le Figaro. PSA compte signer un accord de compétitivité avec plus de mobilité des salariés, une politique de modération salariale et une optimisation de l’organisation industrielle d’ici la fin de l’année.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus