Tout le dossier Tout le dossier

PSA Aulnay : "La ville n’a pas dit son dernier mot !"

Gérard Ségura, maire d’Aulnay-sous-Bois, a demandé à rencontrer rapidement Philippe Varin, président du directoire de PSA, pour que les collectivités locales soient désormais au cœur des discussions sur l’avenir du site.

Partager
PSA Aulnay :

L’Usine Nouvelle - PSA travaille actuellement à une reconversion du site d’Aulnay-sous-Bois, après l’annonce de l’arrêt de la production sur le site en 2014. Etes-vous associé aux discussions ?
Gérard Ségura - Absolument pas et je le déplore. Pendant les onze derniers mois, nous avons été laissés en dehors du processus et quand nous posions des questions, la direction de PSA nous répondait que la fermeture du site n’était pas à l’ordre du jour ! Il faut perdre rapidement cette habitude de laisser les élus dans la méconnaissance des décisions stratégiques. J’ai d’ailleurs demandé à rencontrer rapidement Monsieur Varin.

L’Usine Nouvelle - Plusieurs sociétés se sont montrées intéressées par les terrains de l’usine. Vous ont-elles contacté ?
Gérard Ségura -
J’ai seulement été en relation avec la société du Grand Paris. Ils sont très intéressés pour implanter sur le site les ateliers de maintenance pour les métros. Cette solution occuperait 5 à 6 hectares, pour seulement 250 à 300 emplois. J’ai donc été surpris d’entendre parler de Gefco et de voir dans la presse Monsieur Varin annoncer que 600 emplois étaient presque assurés. Là encore c’est insupportable de l’apprendre ainsi !

On évoque aussi un regroupement des concessions de PSA en Ile-de-France sur le site, voire une plateforme centralisée pour des concessions d’autres marques. Ces projets d’implantation vont demander des modifications sur le site, la construction de bâtiments. PSA préparerait actuellement une demande de permis de construire pour son projet de concession. Il n’est pas question pour les collectivités locales d’être absentes de ces prises de décisions. La ville n’a pas dit son dernier mot sur l’immobilier !

L’Usine Nouvelle - Vous avez évoqué depuis plusieurs semaines une possible expropriation des terrains. Etes-vous toujours sur cette ligne ?
Gérard Ségura - Je n’ai pas évoqué cette possibilité sur le coup de la colère. C’est une démarche posée et réfléchie. Le travail sur cette hypothèse a été réalisé par le service juridique, avec le département et la région. Tout peut aller très vite, nous pouvons avoir bouclé ce dossier dans les 3 à 6 mois qui viennent. Le Nord-Est parisien est la prochaine zone de développement économique de l’Ile de France, entre les autoroutes, les deux aéroports et le métro du Grand Paris d’ici 2018/2020.

L’Oréal investit dans le secteur, via sa filiale de production des produits Garnier. Guerbet, le spécialiste français des produits de contraste pour l'imagerie médicale, a aussi investi 45 millions d’euros. Et c’est à ce moment que PSA décide de fermer son outil de production. C’est un mouvement contradictoire. Et ce sera plus compliqué pour les collectivités locales d’attirer des entreprises et de faire baisser le chômage.

L’Usine Nouvelle - Quelles sont les conséquences pour la ville d’Aulnay-sous-Bois de l’arrêt de la production sur le site PSA ?
Gérard Ségura -
Les conséquences sociales sont très graves. 400 salariés du site habitent à Aulnay et beaucoup d’intérimaires de l’usine sont des jeunes de la ville. Or le chômage des 18-25 ans atteint les 40% dans ma commune. Les services sociaux sont déjà saturés, nous allons vers un appauvrissement des quartiers. Ensuite, alors que d’autres sociétés investissent dans le secteur, le retrait de PSA, le major économique du bassin, n’envoie pas un signal positif. Enfin ce sont 5,5 millions d’euros qui disparaissent du budget de la commune (210 millions d’euros au total). Cette somme correspond par exemple à la construction de deux crèches ou au fonctionnement de cinq grands services municipaux. Nous avons lancé l’année dernière un plan d’économies et avons économisé difficilement 1,5 millions d’euros. Là, même si nous ne perdrons que 25% des 5,5 millions l’an prochain, c’est une somme beaucoup plus élevée que notre plan d’économies, qui va nous manquer d’un coup.

L’Usine Nouvelle - La semaine s’annonce déterminante. Quel est votre agenda des prochains jours ?
Gérard Ségura -
Je vais rencontrer des représentants de la région, des syndicats aussi. J’espère aussi m’entretenir avec Monsieur Varin dans les prochains jours. Les élus de l’ACSIA (Association des Collectivités de Sites d’Industrie Automobile), dont je fais partie, ont demandé à être reçus par l’expert du gouvernement, Emmanuel Sartorius. Pour l’instant, nous sommes dans l’expectative, depuis le 12 juillet, nous avons basculé dans une situation nouvelle. A partir du 25 juillet, tout sera officiel. Jusqu’à présent, nous n’étions jamais au cœur de la discussion. Mais dès mercredi se poseront les questions du foncier et de l’intervention de la ville.

La fermeture d’Aulnay-sous-Bois, une affaire mondiale
 
Si les débats autour de l’usine PSA Aulnay agitent la presse française, la question a dépassé les frontières françaises. Les médias allemands, du Handelsblatt à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, se sont saisis du sujet, miroir des difficultés d’Opel, le futur partenaire de PSA dans l’Alliance avec GM. Mais Gérard Ségura doit répondre depuis quelques jours à des sollicitations de journaux japonais, coréens ou américains, comme le New York Times. "La dernière fois que nous avions eu l’honneur des médias internationaux, c’était en 2005 (lors des émeutes urbaines, ndlr). Que nous y revenions aujourd’hui, à cause de PSA, n’est pas une bonne chose, confie le maire d’Aulnay. Notre notoriété s’est améliorée depuis les évènements de 2005. Je ne voudrais pas que cette tendance s’inverse".

0 Commentaire

PSA Aulnay : "La ville n’a pas dit son dernier mot !"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto

PSA : 550 postes pourraient être sauvés

Quotidien des Usines

Le sort de PSA Aulnay sur la table

Auto

Les principales déclarations de la remise du rapport Sartorius sur PSA

Auto

Le rapport Sartorius valide le plan d'économies de PSA avec des réserves

Auto

"C’est la stratégie de Philippe Varin qui est remise en cause par Sartorius"

Auto

PSA quitte le CAC 40, Solvay prend sa place

Auto

Vers un rapprochement PSA-Chevrolet

Quotidien des Usines

L’été noir de PSA

Auto

Quel impact pour PSA d’une sortie du CAC 40 ?

Auto

Les transferts de production entre Opel et PSA, objets de rumeurs

Quotidien des Usines

Philippe Varin lance la mission de reconquête pour Aulnay

Investissements industriels

Plan Rebond 2015 : la nouvelle bouée de secours de PSA

Auto

Devant le siège, les syndicats maintiennent la pression sur PSA

Auto

Le cash, clé des négociations entre l’Etat et PSA

Constructeurs

BMW aurait mis fin à sa coentreprise avec PSA

Constructeurs

L’Etat s’empare du dossier PSA

Auto

Dix points pour sauver Opel

Auto

PSA va supprimer 8 000 emplois en France

Quotidien des Usines

"PSA nous a menés en bateau"

Auto

La folle journée de PSA

Quotidien des Usines

Le site PSA de Poissy touché par 700 suppressions de postes

Quotidien des Usines

PSA : les ouvriers abattus débraient à Aulnay

Auto

Philippe Varin (PSA) : "Pas de licenciements secs mais une solution pour chacun"

Éco - social

Arnaud Montebourg rappelle le "devoir" de PSA vis-à-vis de la nation

Auto

PSA, le constructeur qui a fermé dix usines en six ans

Editorial

Le dilemme de PSA : du premium ou des volumes

Auto

Le conseil de surveillance de PSA soutient Varin et sa stratégie

Constructeurs

Michel Sapin promet le soutien de l’Etat dans le dossier de PSA Aulnay

Auto

PSA prévoit de nouvelles mesures d’économies

Quotidien des Usines

Comité sous tension chez PSA

Auto

Automobile : Comment bien fermer Aulnay ?

Auto

Automobile : PSA en quête de cash

Auto

PSA Aulnay, usine paradoxale

Auto

PSA Aulnay et Opel Bochum, nouveaux Vilvoorde ?

Auto

"Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture de PSA Aulnay"

Quotidien des Usines

PSA pourrait annoncer la fermeture de l’usine d’Aulnay fin juillet

Auto

PSA a reçu plusieurs offres pour Gefco

Quotidien des Usines

Le plan de départs de PSA cale

Auto

PSA vend son siège

Auto

PSA - GM, la nouvelle alliance

Auto

PSA envisage des restructurations

Auto

Automobile : pourquoi PSA a besoin d’un partenaire

Editorial

208 : le modèle que Peugeot ne peut pas rater

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

L'OREAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS