L'Usine Auto

PSA Aulnay fermée pour cause de neige... ou pour casser la grève ?

, , ,

Publié le

L'usine PSA située en Seine-Saint-Denis et dont la fermeture est programmée pour 2014 est restée close ce lundi matin. Motif invoqué par la direction : une avarie électrique et la neige qui empêcherait la circulation des camions. Mais, pour la CGT, cette fermeture vise clairement à désorganiser le mouvement de grève en cours depuis mercredi dernier.

PSA Aulnay fermée pour cause de neige... ou pour casser la grève ? © D.R. - PSA Peugeot Citroën

"Elle a bon dos la neige". C'est le message que veulent faire passer ce lundi 21 janvier des salariés de PSA Aulnay, en grève depuis mercredi dernier contre la fermeture du site prévue pour 2014.

L'usine située en Seine-Saint-Denis est en effet restée close ce matin. Officiellement, la production de ce site employant 3 000 personnes est rendue impossible en raison d'un "problème technique sur une installation électrique à la peinture, problème qui implique un changement de pièce", a indiqué une porte-parole de la direction de PSA Peugeot-Citroën à l'AFP.

Reprise de la production "peu probable" mardi

En outre, un arrêté préfectoral interdit depuis vendredi aux poids-lourds de circuler normalement à cause des fortes chutes de neige. Dans ces conditions, et même en l'absence de la panne rencontrée sur l'installation électrique, la production aurait de toute façon été interrompue, a expliqué la porte-parole à l'AFP. Elle a ajouté qu'il est par ailleurs "peu probable" qu'elle redémarre ce mardi.

"Ça n'a rien à voir avec la grève", a finalement assuré la représentante de la direction. Et pourtant, le délégué CGT Jean-Pierre Mercier doute de la sincérité de ces propos. Il dénonce à l'AFP "des méthodes où on revient 30 ans en arrière, des vieilles méthodes datant de l'époque de Citroën, dans les années 80 où on interdit l'accès à l'usine (...) C'est le vrai visage de la direction sur le dialogue social, à savoir le blocage et le rapport de force".

Le combat continue

"La direction se trompe si elle pense désorganiser et isoler la grève en fermant (lock-out) l'usine plusieurs jours. Les salariés ont démarré une bataille et sont déterminés à la poursuivre", affirme le représentant CGT dans un communiqué.

D'après l'AFP, des salariés grévistes ont commencé à se réunir devant le site ce lundi matin et la direction aurait décidé de déployer des vigiles d'une société privée pour éviter tout débordement. Mais, selon Jean-Pierre Mercier, leur rôle est avant tout d'interdire l'accès au parking du site. De son côté, la direction dément et a souhaité rappelé que les 200 salariés ayant un mandat syndical sont libres de circuler.

Une délégation de la CGT doit se rendre ce lundi matin au ministère du Redressement productif pour présenter son alternative au plan de restructuration de la direction. Une partie des grévistes d'Aulnay doit quant à elle être reçue en fin de journée par le préfet de Seine-Saint-Denis.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

21/01/2013 - 16h43 -

Oui dans l'unité peinture, en dehors des étuves de cuisson du feuil, si l'unité de trempé cataphorèse ne tourne plus c'est le block-out...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte