Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA au coeur d'une coentreprise franco-québécoise spécialisée dans le véhicule électrique

, , , ,

Publié le

Avec un autre français, Exagon Motors, et deux entreprises québécoises, Investissement Québec et IndusTech (filiale d’Hydro-Québec), PSA Peugeot Citroën va former une coentreprise pour réaliser des composants pour véhicules électriques. 

Une alliance franco-québécoise dans le véhicule électrique. Les français PSA Peugeot Citroën et de la PME Exagon Motors (spécialisée dans la conception et l'assemblage de véhicules électriques de compétition) d'un côté, Investissement Québec et IndusTech, une filiale du groupe public Hydro-Québec) de l'autre, vont former une coentreprise pour développer des composants pour voiture électrique, a annoncé mercredi 20 janvier le gouvernement du Québec en marge du forum écomique mondial de Davos.

La province canadienne a prévu d'allouer 16 millions de dollars canadiens, soit environ 10 millions d'euros, à cette coentreprise, sous la forme d'une participation de 10 millions de dollars canadiens et d'un prêt de 6 millions.

"À ces sommes s’ajoute une contribution d’Hydro-Québec de 4 millions de dollars, en plus des services offerts par sa filiale TM4 pour le développement d’une motorisation électrique", ajoute le communiqué diffusé par PSA.

le québec, une place forte de l'électrique

Première mission de la coentreprise : réaliser une étude de préfaisabilité estimée à 30,8 millions de dollars canadiens (19,5 millions d'euros) pour développer des composants pour véhicules électriques haute performance. PSA Peugeot Citroën apportera "son expertise pour l’intégration automobile de ces composants, dont il deviendrait le principal client pour la diffusion mondiale".

Alors que PSA avait confirmé en 2014 plancher sur l'hybride rechargeable essence et l'électrique, Carlos Tavares évoque la capacité de son groupe à saisir "toutes les occasions qui contribuent à renforcer son avance technologique". Grand producteur d'hydroélectricité, le Québec apparaît en tout cas comme une future place forte du véhicule zéro émission avec un objectif de 100 000 voitures électriques et hybrides rechargeables en circulation d'ici à 2020. 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

21/01/2016 - 19h21 -

Bonjour,

La propagande va bon train...
Investissement Québec n'est pas une entreprise mais le bras financier du gouvernement du Québec. Quant à Hydro-Québec, c'est une compagnie d'état. Donc PSA et Exagon Motors ont reçu une subvention pour l'étude de faisabilité de composants hautes performances.
Quant aux 100 000 voitures électriques et hybrides rechargeables en 2020, ça s'appelle un mythe.
Oui, il y a des opportunités et des possibilité au Canada et par conséquent au Québec. Mais mise en garde, le Québec en général ne sait pas ce qu'est une chaine de production. Il y a de très bonnes TPE, quelques PME et ... c'est tout. D'ailleurs, BRP s'est retiré des véhicules électriques!
À propos, j'espère que Desmarais et Albert Frère sont dans la boucle...
Répondre au commentaire
Nom profil

21/01/2016 - 18h50 -

J'espère que les partenaires québécois apprendrons la langue française à PSA: "Exagon Motos"!!!
Au Québec on raille les français de leur américanolatrie bête.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle