Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA assure que "le diesel restera financièrement intéressant"

Pierre Monnier , , , ,

Publié le

Le constructeur français, détenteur des marques Peugeot, Citroën et DS, accueille favorablement les conclusions de la mission parlementaire sur le diesel. Malgré la frayeur des syndicats, il ne devrait pas y avoir de répercussion sur la masse salariale.

PSA assure que le diesel restera financièrement intéressant
L'usine de Trémery s'est adaptée et conçoit désormais des moteurs essence.
© Facebook PSA Trémery

Il y a d’abord eu les conclusions de la mission parlementaire menée par Delphine Batho, rendue le 12 octobre, qui préconise une fin de tous les avantages fiscaux accordés au diesel d’ici cinq ans. C’est ensuite Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie qui a enfoncé le clou sur France 2 le lendemain : "Nous allons donner à l’essence le même avantage dont bénéficie le diesel."

On pourrait croire au grand chamboulement du côté des industriels, il n’en est rien. "C’est tout à fait en phase avec ce que les constructeurs ont demandé, indique une porte-parole de PSA. Nous sommes parfaitement favorables à une neutralité de la fiscalité entre le diesel et l’essence."

Une production adaptée au marché

La seule exigence du français, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën et DS, concerne l’entrée en vigueur des nouvelles normes. "Cela demande un peu de temps, un minimum de cinq ans, assure la porte-parole. C’est un temps nécessaire pour donner de la visibilité et permettre de s’adapter."

La section syndicale FO de PSA a alerté sur la mise en danger de l’emploi. En Europe, le constructeur compte 18 000 salariés directement liés au diesel. Mais du côté de l’industriel, il n’y aurait aucune menace sur les salariés. Le groupe PSA a d’ailleurs commencé à adapter sa production. "Les sites dédiés uniquement au diesel vont être redirigé vers une activité mixte. Comme l’usine de Trémery-Metz qui  produit depuis quelques années des moteurs essences. De cette manière, l’emploi sera maintenu."

Une centaine de mesures à éplucher

Il ne faut pas pour autant s’attendre à une baisse des achats de véhicules diesel. Certes, l’affaire du Dieselgate dévoilée en 2015 avait porté un coup à l’image de ces modèles. Mais la porte-parole de PSA ne s’en inquiète pas. "Le rééquilibrage entre diesel et essence est déjà en cours, on n’est pas loin d’un retournement. Mais du point de vue du consommateur, le diesel restera financièrement intéressant."

Le constructeur reste tout de même méfiant des conclusions du rapport de la mission parlementaire. Il compte bien éplucher la centaine de mesures prônées par le document afin de rester "attentif à leurs impacts économiques".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle