Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA à la rencontre des syndicats et du gouvernement à propos de l'usine Vauxhall d'Ellesmere Port

, , ,

Publié le , mis à jour le 19/01/2018 À 07H40

Infos Reuters Carlos Tavares, le président du directoire de PSA, a déclaré jeudi qu'il comptait rencontrer la semaine prochaine les syndicats et des responsables gouvernementaux pour discuter de l'avenir de l'usine britannique Vauxhall, dont les coûts de production sont selon lui le double des sites français.

PSA à la rencontre des syndicats et du gouvernement à propos de l'usine Vauxhall d'Ellesmere Port
Carlos Tavares, le président du directoire de PSA (photo), a déclaré jeudi qu'il comptait rencontrer la semaine prochaine les syndicats et des responsables gouvernementaux pour discuter de l'avenir de l'usine britannique Vauxhall, dont les coûts de production sont selon lui le double des sites français. /Photo prise le 18 janvier 2018/REUTERS/Joseph White
© STAFF

Carlos Tavares a déclaré vouloir rencontrer la semaine prochaine les syndicats et des responsables gouvernementaux pour discuter de l'avenir de l'usine britannique Vauxhall d'Ellesmere Port. PSA a racheté Vauxhall avec les activités automobiles d'Opel l'an dernier, toutes deux ex-filiales européennes de General Motors, et poursuit une restructuration drastique de son usine d'Ellesmere Port, suscitant des inquiétudes sur l'avenir du site. Stephen Norman, le nouveau patron de Vauxhall, avait estimé le 11 janvier que l'avenir de l'usine Vauxhall d'Ellesmere Port, dont un tiers des effectifs doit être supprimé, était étroitement lié aux ventes d'Opel-Vauxhall, qui ont chuté en Grande-Bretagne.

S'exprimant lors du salon de l'automobile de Detroit, Carlos Tavares a expliqué qu'un Brexit "dur", qui déboucherait sur des droits de douane sur les exportations de véhicules construits en Grande-Bretagne, pousserait à réduire les coûts. L'usine Vauxhall, a-t-il poursuivi, est à un niveau d'efficacité semblable à celui de Peugeot voici quatre ans, au moment où Tavares entreprenait son redressement. "Ce qui compte, c'est de porter les usines (britanniques) au niveau de qualité et de coût de l'Europe continentale", a-t-il dit.

Une alliance en Amérique latine ?

Carlos Tavares s'est par ailleurs dit "très ouvert" à une éventuelle alliance en Amérique latine, s'abstenant de préciser si le constructeur automobile français envisageait de discuter d'un partenariat avec Ford Motor. Il y a deux jours, des responsables du groupe américain ont déclaré que Ford étudiait plusieurs options pour restructurer ses activités en Amérique latine.

Tavares se trouvait à Detroit pour promouvoir le projet de Peugeot de revenir progressivement sur le marché américain, par le biais des services de location de véhicule avec chauffeur.

Pour Reuters, Joe White à Detroit et Arunima Banerjee à Bangalore; Catherine Mallebay-Vacqueur et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus