Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Provence-Alpes-Cote d'AzurUN POLE INNOVANT DANS LE TRANSPORT AERIENPrès de 2 100 ingénieurs et techniciens chez Amadeus, Sita-Equant et Air France forment un pôle d'activités, à Sophia-Antipolis, entièrement dédié aux réseaux et systèmes informatiques nécessaires aux compagnies aériennes.

Publié le

Provence-Alpes-Cote d'Azur

UN POLE INNOVANT DANS LE TRANSPORT AERIEN

Près de 2 100 ingénieurs et techniciens chez Amadeus, Sita-Equant et Air France forment un pôle d'activités, à Sophia-Antipolis, entièrement dédié aux réseaux et systèmes informatiques nécessaires aux compagnies aériennes.



De Sydney à New York, 55 000 agences de voyages et 8 300 bureaux de vente des compagnies aériennes répartis dans 139 pays utilisent au quotidien des outils informatiques de réservation imaginés, réalisés et gérés... à partir du technopôle de Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes). Elément moteur de cette activité de haute technologie au service du transport aérien, le groupe Amadeus. Implanté à Sophia-Antipolis en 1988, un an après sa création, il est devenu le premier employeur du site, avec 1 100 salariés, essentiellement des ingénieurs. Ils conçoivent les applications de réservation que l'on utilisera dans les agences, et demain peut-être via Internet ou l'UMTS. Arrivé dans son sillage, le centre de recherche de Sita-Equant, dont l'activité est complémentaire, conçoit les systèmes informatiques assurant le bon fonctionnement des réseaux de télécommunications des compagnies aériennes. Enfin, Air France a édifié sur un terrain de 26 hectares son centre informatique mondial traitant en temps réel toutes les opérations liées au trafic des passagers et du fret.

Un pôle unique en Europe

Ces trois sociétés constituent le noyau dur d'un pôle d'activités unique en Europe (à l'égal de ceux des Etats-Unis, près de Boston), autour duquel gravite, tant en amont qu'en aval, une myriade de sociétés en sous-traitance. " La croissance du trafic aérien exige des systèmes de réservation intégrant des technologies toujours plus sophis-tiquées ", analyse Jacques Lignières, vice-président d'Amadeus Development. Fondée en 1987 par Air France, Iberia et Lufthansa, Amadeus est aujourd'hui l'un des acteurs majeurs au niveau mondial pour les systèmes globaux de distribution informatisée de produits de voyages (GDS). Si le siège et le centre marketing sont à Madrid et l'informatique à Munich, son principal établissement se trouve à Sophia-Antipolis. En trois ans, ce dernier a recruté 600 ingénieurs, dont plus d'un tiers d'étrangers. Et, face à un marché réclamant des outils toujours plus complexes et rapides, Amadeus compte en embaucher autant d'ici à 2004 ! " On recrute 200 ingénieurs cette année. Faute de les trouver en Europe, on va les chercher ailleurs. " En juillet, par exemple, la société accueillera un premier contingent de trente ingénieurs indiens.

Prendre de l'avance sur la concurrence américaine

Sur le site, où l'on parle plusieurs langues, les ingénieurs mettent au point les systèmes de réservation en temps réel utilisés aujourd'hui par 500 compagnies aériennes (95 % de l'offre mondiale), 54 000 hôtels et 20 000 agences de location de véhicules. " Actuellement, nous créons une structure de 25 ingénieurs, baptisée "Amadeus Labs", annonce Jacques Lignières. Ce sera une cellule technologique qui aura en charge d'imaginer de nouveaux produits, comme l'algorithme développé dans un laboratoire du MIT, qui garantit aujourd'hui aux compagnies aériennes une analyse parfaite de leur prix de vente. " Car Amadeus entend bien prendre de l'avance sur ses concurrents américains. Les vastes locaux (37 700 mètres carrés) du site initial, implanté sur 8 hectares, sont désormais insuffisants. Le groupe a donc loué cette année 17 000 mètres carrés supplémentaires sur un terrain limitrophe. " Nous y regroupons nos équipes, jusqu'ici dispersées à Sophia-Antipolis ", précise Jacques Lignières. En cinq ans, le groupe a investi 150 millions de francs, aménagé et équipé ses locaux, qui forment aujourd'hui le Campus Amadeus. Il intègre un centre de formation clientèle (12 salles et un auditorium de 120 places) qui a accueilli 33 000 personnes en 2000, générant au moins le double de nuitées pour l'hôtellerie de la zone. Et, pour réunir les différents bâtiments (60 000 mètres carrés), un tunnel de 30 mètres de long a été construit. " C'est la présence d'Amadeus et aussi celle du centre informatique d'Air France qui nous ont conduits à installer notre centre de recherche-développement sur le technopôle ", poursuit Michel Raison, directeur de Sita-Equant (350 ingénieurs). L'établissement est l'un des trois dans le monde chargés d'assurer le bon fonctionnement des réseaux informatiques et de télécommunications reliant la plupart des compagnies aériennes. " Si Amadeus développe les applicatifs, nous mettons au point les tuyaux chargés de les acheminer ", résume Michel Raison, qui précise que Sita est un organisme coopératif créé dans ce but par l'ensemble des compagnies aériennes mondiales. Les ingénieurs de Sita-Equant travaillent aussi avec les 330 ingénieurs et techniciens d'Air France présents sur le technopôle. Ils sont les garants du bon fonctionnement des systèmes informatiques et de télécommunications, tant pour la gestion des passagers que pour le fret. Ils gèrent à distance toute l'énorme logistique et la réservation de la compagnie nationale. Sophia-Antipolis s'affirme ainsi aujourd'hui comme l'un des centres nerveux des systèmes qui garantissent aux compagnies aériennes d'assumer leurs missions à travers le monde. De notre correspondant,



Amadeus, gros donneur d'ordres

Amadeus fait appel chaque année à un volant permanent de 300 ingénieurs en sous-traitance, qui oeuvrent à la mise au point des systèmes de réservation sophistiqués intégrant de plus en plus le multimédia. Sophia-Antipolis lui doit ainsi de présenter aujourd'hui une large palette d'agences SSII, d'Altran Technologies à Atos Integration, Experian, SII, Inforama, Sema Group, Sopra, Syseca Transiciel, Unilog... D'autres ont été créées sur le site, comme ADD-X Technologies, qui propose une expertise informatique dans le domaine des télécommunications et des réseaux. Enfin, certaines équipes d'ingénieurs de SSII sont directement installées dans ses locaux. Au total, un volume annuel d'au moins 150 millions de francs est consacré à cette sous- traitance de haut niveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle