Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

ProtoMicroTP prévoit d’investir 2,5 millions d’euros et d’embaucher 20 personnes

, , ,

Publié le

Installée à Cosne-sur-Loire (Nièvre), la jeune société ProtoMicroTP va investir 2,5 millions d’euros pour s’agrandir et créer 20 nouveaux postes.

ProtoMicroTP prévoit d’investir 2,5 millions d’euros et d’embaucher 20 personnes
ProtoMicroTP va s’agrandir et embaucher 20 personnes d’ici 2019 à Cosne-sur-Loire (Nièvre)
© ProtoMicroTP

Spécialisée dans la conception d’engins hydrauliques, la société ProtoMicroTP va s’agrandir et embaucher 20 personnes d’ici 2019. Créée en 2015 par Thierry Marcilly à Cosne-sur-Loire (Nièvre), cette TPE va investir 2,5 millions d’euros pour s’agrandir. Un million d’euros permettra la construction d’un nouveau site de production de 1 500 m² de surface au sol, dans le parc d’activité du Val de Loire, à Cosne-sur-Loire. Les 1,5 million d’euros restant seront investis dans de nouvelles machines de production. Enfin, pour pouvoir développer son activité et mieux répondre aux commandes grandissantes, Thierry Marcilly va recruter 20 nouvelles personnes pour compléter ses équipes, principalement des mécaniciens, soudeurs, électriciens, caristes et magasiniers.

Un marché de niche

"L’investissement matériel sera réservé à l’achat et l’installation de deux nouvelles machines, un robot soudeur quatre postes et un découpeur jet d’eau", explique Thierry Marcilly, fondateur de ProtoMicroTP. En 2010, après une période de maladie, ce militaire spécialisé dans l’hydraulique est déclaré inapte à reprendre le travail. Pour répondre à un besoin personnel, il va concevoir sa première machine, avant de créer sa société en 2015. Aujourd’hui, l’entreprise emploie huit personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 1,3 million d’euros. "Nous répondons à une clientèle qui ne trouve pas d’engins adéquats", explique-t-il. S’il a développé un catalogue de machines de moins de 1,5 tonne et facilement transportables, Thierry Marcilly et son bureau d’études peuvent concevoir et fabriquer des machines sur-mesure, en fonction des besoins des clients.

250 à 300 machines par an

S’il confie être actuellement restreint par un manque de place, ProtoMicroTP devrait déménager dans ses nouveaux locaux d’ici l’été 2019. L’entreprise conçoit actuellement entre 250 et 300 machines par an tout secteur et corps de métiers confondus, principalement pour le marché français. "Avec ce nouvel outil de production, nous devrions pouvoir tripler notre volume d’affaires et commencer à nous intéresser au marché européen", confie le fondateur de ProtoMicroTP. Il travaille actuellement sur le développement d’une machine de fossoyage exclusivement électrique pour pouvoir diminuer la pénibilité du travail. "Les fossoyeurs travaillent majoritairement à la main et doivent le faire dans le calme et le respect des proches et familles. Il y a une forte demande dans ce milieu et nous ne pouvions penser une machine autre qu’électrique pour réduire au maximum son bruit", complète Thierry Marcilly.

Antonin Tabard

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle