L'Europe pousserait vers une société holding EDF sans rôle opérationnel

Le gouvernement français négocierait avec la Commission européenne afin que la réorganisation envisagée d'EDF n'entraîne pas une séparation trop stricte des différentes filiales du groupe qui mettrait à mal son intégrité.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Europe pousserait vers une société holding EDF sans rôle opérationnel
Le débat porte sur la nature et l'étendue des garde-fous que la France devra mettre en oeuvre pour que la réforme de la régulation du nucléaire français ne bénéficie pas aux autres activités d'EDF.

Le projet de réorganisation d'EDF, nommé Hercule et dont les grandes lignes ont été tracées fin 2019, doit permettre d'améliorer les capacités d'investissement et de financement de l'énergéticien à travers notamment une sanctuarisation de son parc nucléaire français et une ouverture du capital de ses activités dans les renouvelables. Le gouvernement français discute actuellement avec la Commission européenne afin qu'il n'entraîne pas une séparation trop stricte des différentes filiales du groupe qui mettrait à mal son intégrité, selon un document interne et une source au fait des discussions.

A LIRE AUSSI

EPR, endettement, Fessenheim... Les 12 travaux herculéens d’EDF

Quels garde-fous mettre en oeuvre en France

Tout le débat porte sur la nature et l'étendue des garde-fous que la France devra mettre en oeuvre pour que la réforme de la régulation du nucléaire français, censée garantir la couverture des coûts d'EDF et dont découlerait sa réorganisation, ne bénéficie pas à ses autres activités.

Dans le document consulté par Reuters, présenté avec un en-tête de l'Agence des participations de l'Etat (APE), "l'option privilégiée" par la Direction générale de la concurrence de l'Union européenne serait de créer "une société holding EDF sans rôle opérationnel, n'exerçant ni contrôle ni influence sur ses filiales et ne percevant pas de dividendes, ceux-ci étant directement versés aux actionnaires de la holding".

Le document, que l'APE n'a pas souhaité commenter, est daté du 6 mai dernier. Sa forme suggère que la position de Bruxelles n'est pas définitive, sans que Reuters ait pu déterminer si celle-ci a évolué depuis. La Commission européenne et EDF n'ont pas non plus souhaité commenter les informations contenues dans le texte.

" Garder un groupe intégré est un impératif pour la France "

Le document conclut que la position de la Commission "entraînerait l'impossibilité de maintenir un groupe intégré" - alors qu'Emmanuel Macron a conditionné la réorganisation du groupe à ce maintien - et qu'elle irait même "au-delà des exigences posées par les textes européens".

"A la fin des fins, la question est de savoir ce qui va sortir de cette négociation. Garder un groupe intégré est un impératif pour la France", a souligné la source interrogée par Reuters.

Parmi les restrictions envisagées dans le document, "les mouvements entre dirigeants de la holding et des filiales ne seraient pas possibles sauf à respecter un certain délai", "il n'y aurait pas de 'cash-pooling' (gestion centralisée de la trésorerie NDLR) entre les entités" et "des séparations claires entre filiales" seraient nécessaires, notamment en matière d'infrastructures informatiques et de circulation de l'information. "En d'autres termes, la holding n'entretiendrait que des liens capitalistiques avec ses filiales et celles-ci pourraient se faire concurrence, ceci étant surveillé par un mandataire qui rendrait compte à la Commission."

Le texte estime cependant que la réorganisation envisagée d'EDF comporte déjà des garanties d'indépendance entre le nucléaire régulé et les autres activités et que des propositions complémentaires pourraient être susceptibles de répondre aux attentes de Bruxelles.

Jugeant que "les lignes rouges des autorités françaises doivent être rappelées", il souligne l'impératif de conserver un groupe intégré aux sens financier, juridique et comptable, mais aussi celui de maintenir sa capacité à "déployer une stratégie de groupe et de construire un projet industriel d'ensemble".

Profiter de la réforme envisagée de l'Arenh

Le schéma qu'il évoque se justifierait par la réforme envisagée du dispositif de l'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh), censée permettre de garantir la couverture des coûts d'EDF tout en préservant les consommateurs de hausses de prix trop importantes.

A LIRE AUSSI

L'Arenh, vrai ou faux point bloquant pour la réforme d'EDF ?

La réforme constituerait pour le groupe une "aide" d'une "ampleur" telle qu'elle impliquerait "des modalités d'indépendance particulièrement poussées afin d'éviter que le soutien au nucléaire régulé ne profite d'une quelconque manière aux autres entités" d'EDF, en particulier à ses branches "Commerce" et hydroélectrique, cette dernière étant désignée sous le terme "Azur".

Le ministère de la Transition écologique a pour sa part confirmé que des négociations étaient en cours sur "une éventuelle évolution de la régulation du nucléaire et l'avenir des concessions hydros", avec l'objectif d'aboutir "dans les prochains mois", tout en jugeant "prématuré" de se prononcer sur "ce que pourrait être un éventuel accord". Après un coup d'arrêt dû à la crise du coronavirus, la France a repris ces derniers mois ses discussions avec la Commission européenne au sujet de son projet de réforme de l'Arenh.

Selon des sources au fait du dossier interrogées par Reuters début octobre, EDF pense que cette réforme aboutira rapidement et compte lancer sa propre réorganisation dans la foulée. Les grandes lignes du projet de réorganisation prévoient jusqu'à présent qu'EDF filialise et introduise sur le marché de façon minoritaire ses activités aval et de services, ainsi que son pôle d'énergies renouvelables et sa filiale de distribution (Enedis), regroupés dans un ensemble appelée "Vert". Dans ce schéma, l'ensemble "Vert" resterait majoritairement détenu et contrôlé par la maison-mère - appelée "Bleu" - qui porterait elle-même directement les activités nucléaires et le parc hydraulique d'EDF.

Le projet suscite une forte opposition des syndicats, qui y voient un premier pas vers un démantèlement et une privatisation du groupe.

Avec Reuters (par Benjamin Mallet, avec la contribution de Foo Yun Chee à Bruxelles; édité par Henri-Pierre André)

0 Commentaire

L'Europe pousserait vers une société holding EDF sans rôle opérationnel

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS