Projet de loi de finances : le mouvement des pigeons entrepreneurs prend de l’ampleur

Le groupe Facebook créé vendredi 28 septembre par des créateurs de start-up en colère contre le projet de loi de finances 2013 suscite un engouement important sur les réseaux sociaux. La revendication de ces pigeons du net : l’abandon du projet d’augmenter la taxation des plus-values de cession et d’accroître la pression fiscale sur les auto-entrepreneurs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Projet de loi de finances : le mouvement des pigeons entrepreneurs prend de l’ampleur

Ils n’ont pas envie de se faire plumer. Dans la foulée de la présentation du projet de loi de finances 2013, une vingtaine d’entrepreneurs, créateurs de start-up, ont créé un groupe Facebook intitulé "Les Pigeons : mouvement de défense des entrepreneurs français".

Deux sujets les inquiètent particulièrement : le projet d’alignement de la taxation des plus-values de cession de valeurs mobilières sur le barème de l’impôt sur le revenu et d’augmentation des charges sociales pour les auto-entrepreneurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Profiter de "la force des réseaux sociaux"

Très vite au cours du week-end, la barre symbolique des 3 000 "likes" a été franchie et le mouvement, porté par les réseaux sociaux et le haschtag #geonpi – continue de mobiliser les internautes depuis lundi. "Nous avons atteint les 20 000 sympathisants très vite", témoigne une entrepreneuse à l’origine du mouvement mais souhaitant conserver l’anonymat.

Une manière de ne pas mettre de personnalités et des entreprises en particulier en avant, explique-t-elle, ajoutant que le but " n’est pas de créer un parti politique " mais de profiter de " la force des réseaux sociaux " pour former un " mouvement populaire qui n’a pas les réflexes de la communication traditionnelle ".

Sensibiliser le gouvernement

Pour elle, le tableau n’est pas complétement noir pour autant et elle se félicite du maintien des dispositifs d’aides aux PME innovantes. Il s’agit donc de sensibiliser le gouvernement sur les dangers d’une pression fiscale accrue sur les entrepreneurs : " Ce n’est pas possible de réclamer 60% de la plus-value de cession (contre 30% au maximum actuellement Ndlr) parce que les investisseurs ne vont plus s’intéresser aux start-up. Or, celles-ci ne tiennent que grâce à un accompagnement en capital. Les investisseurs ne sont pas nos ennemis ".

Si une manifestation est prévue dimanche 7 octobre devant l’Assemblée nationale, la créatrice de jeunes pousses rappelle que " le terrain de jeu privilégié reste le web ".

1 Commentaire

Projet de loi de finances : le mouvement des pigeons entrepreneurs prend de l’ampleur

Paddy
03/10/2012 09h:48

Attention encore une fois, le taux évoqué de 60% de taxation des plus-value de cession correspond au taux marginal. En réalité, et selon les sommes engagées, on aboutit plutôt à un taux moyen d'imposition de 45% (ce qui correspond déjà à une augmentation conséquente, je suis d'accord, mais soyons précis : ce chiffre de 60% est relayé sans être compris depuis le début de ces débats).

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS