Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Produire beaucoup plus avec beaucoup moins

Publié le , mis à jour le 26/03/2014 À 16H41

Ce qui se cache derrière le mot "usine" ne colle plus à l'image que continue à en avoir l'inconscient collectif : ce terme englobe aujourd'hui les chaînes d'assemblage comme les centres R&D ou encore les datacenters. Ces usines modernes doivent faire face aux contraintes de notre temps. Elles doivent être écologiques, économiques, flexibles... et pour tout cela, faire preuve de frugalité. Si hier "usine" et "frugale" étaient inconciliables, les outils et méthodes développés par l'industrie aujourd'hui les rendent tout à fait compatibles...

Produire beaucoup plus avec beaucoup moins © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Parfois, le doute peut nous saisir. Alors que chaque jour charrie son flot de fermetures et de restructurations, on s’interroge : l’usine a-t-elle encore un avenir en France ? Nos sites de fabrication peuvent-ils s’écrire un futur ? Et si oui, lequel ? Dans quelles conditions ? Pour y fabriquer quels produits et de quelle manière ?

Pour se représenter l’usine du futur, il faut imaginer des petites unités plus flexibles, plus proches des consommateurs, aptes à produire des produits (presque) sur mesure.
Pour répondre à toutes ces interrogations, il faut d’abord prendre conscience de ce qu’est devenue l’usine aujourd’hui. Dans l’inconscient collectif, le sens que l’on donne à ce mot est souvent anachronique. L’usine, ce n’est plus seulement un lieu où les machines, les femmes et les hommes travaillent ensemble à fabriquer de manière répétitive des objets standardisés. Ce mot, inventé au XIXe siècle pour désigner les gigantesques ateliers de la révolution industrielle, embrasse un champ bien plus vaste. Sous ce vocable, on trouve bien sûr des chaînes d’assemblage, des manufactures et des unités de production traditionnelles. Mais on peut aussi y ranger des unités de production comme les centres R & D, les datacenters ou les plateaux de développement de logiciels. Tout cela compose aujourd’hui le paysage de nos fabriques contemporaines.

Pour bien parler du futur de l’usine, il faut donc effacer de notre mémoire collective les images d’Épinal, celles des cathédrales ouvrières qui surgissent spontanément lorsque l’on parle d’industrie. Et imaginer plutôt de petites unités plus flexibles, plus proches des consommateurs, aptes à produire des produits (presque) sur mesure à un coût proche des grandes.

Demain comme aujourd’hui, ces usines, dont nous tentons d’esquisser le portrait dans notre dossier spécial devront prendre en compte de multiples contraintes. Qu’elles soient technologiques, environnementales ou réglementaires, toutes pourraient se résumer en un mot : la frugalité. Dans les pays émergents comme dans les pays occidentaux, nos usines vont devoir apprendre à produire beaucoup plus avec beaucoup moins. L’équation peut paraître insoluble. Elle ne l’est pas. Avec l’impression 3 D et l’avènement de l’économie circulaire, avec les outils numériques et les nouvelles méthodes d’organisation de la supply chain, l’industrie commence déjà à se réinventer. C’est d’ailleurs la leçon principale de notre dossier spécial : le futur de l’usine s’écrit déjà aujourd’hui. Et c’est plutôt une bonne nouvelle, non ?

Thibaut de Jaegher

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle