Production électrique : une centrale osmotique de 40 nanomètres

Avec un nanotube pour connecter deux réservoirs contenant des solutions salines, on peut produire de l’énergie électrique de manière cent fois plus efficace qu’avec des centrales osmotiques traditionnelles. Et envisager de créer de nouvelles membranes ultra performantes pour cette énergie renouvelable, qui a du mal à décoller.

Partager
Production électrique : une centrale osmotique de 40 nanomètres

Un réservoir d’eau salé, un réservoir d’eau douce, et entre les deux une membrane semi-perméable : c’est une centrale osmotique, qui peut créer un courant électrique grâce au passage sélectif des ions à travers la membrane. Deux équipes du CNRS ont repris ce principe, mais la communication entre les deux bassins est un nanotube : une molécule de nitrure de bore, qui a la forme d’un tube de 1 micron de longueur et 15 à 40 nanomètres de diamètre !

Or, non seulement ça marche - les ions passent d’un côté à l’autre en utilisant le nanotube -, mais la puissance électrique obtenue par unité de surface, qui atteint 4 kW/m2, est 100 fois supérieure à celle que l’on obtient avec des membranes traditionnelles. Par conséquent, affirment les chercheurs, il suffirait du juxtaposer des millions de ces nanotubes pour créer une membrane super efficace à notre échelle. Et peut-être trouver le moyen de rendre économiquement viable cette énergie renouvelable encore balbutiante.

A l'origine, les chercheurs de l'Institut Lumière Matière (CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1), associés à l'Institut Néel (CNRS), avaient surtout pour ambition de mieux comprendre le transport de fluide dans les nanotubes, car à cette échelle des propriétés inédites apparaissent. C’est pourquoi ils se sont donné le mal de mener leur expérience avec un seul nanotube, pour toucher du doigt - si l’on peut dire - les phénomènes fondamentaux.

Et ce n’est pas la moindre prouesse de leur étude que d’avoir réussi à "implanter" un unique nanotube dans une mince feuille de céramique, afin de l’utiliser ensuite comme "membrane". Ils ont manipulé leur nanotube au bout d’une pointe de tungstène, dont les mouvements sont pilotés par un nano manipulateur créé au laboratoire. Prochaines étapes : fabriquer de vraies membranes à base de nanotubes en nitrure de bore, et étudier les performances d’autres types de nanotubes.

Thierry Lucas

4 étapes pour une nanofabrication 

A gauche : une représentation schématique

A droite : ce que l’on voit au microscope électronique

1) Sous l’œil d’un microscope électronique, le nanotube (gris) est inséré dans un trou préalablement percé dans une membrane en céramique (verte).

2) Un joint (orange) est réalisé entre le nanotube et la membrane, à l’aide d’un instrument à faisceau d’ions (FIB).

3) Les parois internes du nanotube se rétractent, comme une tige télescopique.

4) le nanotube est en place et opérationnel dans la membrane en céramique.

 

 

 

 

1 Commentaire

Production électrique : une centrale osmotique de 40 nanomètres

Yvan
06/03/2013 14h:59

Cette nano centrale électrique est pleine de promesses. Son potentiel, théorique jusqu'à maintenant, est énorme. Investissons, cherchons! Pour tenter de limiter les désastres climatique et écologique annoncés, nous devons supprimer aussi vite que possible toutes nos centrales thermiques fonctionnant au charbon, au fuel, au gaz... et à l'uranium ou au plutonium. Au début de l'année, j'ai déposé un brevet international concernant une turbine hélicoïdale. Nécessitant peu d'infrastructures, ayant un impact très limité sur son environnement et une longue durée de vie, cette turbine a un rendement et une productivité élevés, bien supérieurs à ceux d'une Pelton ou d'une éolienne. Nous n'avons pas le choix: nous devons maintenant investir massivement dans la recherche des énergies renouvelables, créer nombre d'emplois et donner une chance, non seulement à notre économie moribonde, mais à notre atmosphère, à la Terre. A votre demande, je vous transmetterai volontier le texte et les dessins de mon brevet. Yvan Perrenoud (yvan@sailindonesia.com)

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS