Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Probable création de la coentreprise ADP-RFF à l'automne

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/05/2014 À 07H06

La coentreprise entre Aéroports de Paris et Réseau Ferré de France (RFF), destinée à exploiter le futur CDG Express qui devrait relier l'aéroport de Roissy à Paris en 2022 ou 2023, pourrait être mise en place cet automne, au plus tard à la fin de l'année, a déclaré le 20 mai à Reuters le secrétaire d'Etat aux Transports.

Probable création de la coentreprise ADP-RFF à l'automne © ADP

Le CDG Express, qui doit relier Roissy-Charles de Gaulle à la gare de l'Est pour un investissement évalué à plus d'un milliard d'euros, fait partie des grands chantiers voulus par François Hollande pour améliorer l'attractivité du territoire. "J'espère avant la fin de l'année que nous aurons la structure", a dit Frédéric Cuvillier en marge du salon de l'aérospatiale et de la défense ILA à Berlin. "Entre l'automne et la fin de l'année, nous aurons bien avancé".

Véritable serpent de mer, ce projet enfin ressuscité tient notamment à la détermination d'Augustin de Romanet, l'ex-patron de la Caisse des dépôts nommé fin 2012 à la tête d'ADP, à améliorer l'accueil des passagers à l'aéroport de Roissy, dont la réputation internationale reste encore à améliorer. Mais cette fois sera la bonne, jure Frédéric Cuvillier.

Contrat de concession avec Vinci

"Nous avons trouvé le bon moyen de trouver des acteurs qui ont tout intérêt à ce que ça se fasse", a-t-il souligné. "Et c'est indispensable: il s'agit des portes de l'entrée de l'Europe et de la France". Avant d'être abandonné fin 2011, un premier projet prévoyait de confier au groupe de BTP Vinci à la fois la construction et l'exploitation de la ligne dans le cadre d'un contrat de concession.

Avec le partenariat public-public mis en place entre ADP, dont l'Etat détient 50,6%, et RFF, Frédéric Cuvillier estime tenir la bonne formule, prompte à assurer un financement qui ne provienne pas directement de charges publiques budgétaires. Ce projet n'empêche pas de mener en parallèle avec le président PS de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon le chantier de l'amélioration de la ponctualité du RER B, seule voie d'accueil ferroviaire des passagers venant visiter Paris, et qui sera destinée à assurer la desserte des Franciliens avec une meilleure régularité.

Le tarif élevé "d'un peu plus de 20 euros" prévu pour le CDG Express - soit plus du double de celui du RER B - se justifiera par un trajet plus rapide, d'une vingtaine de minutes, contre une bonne demi-heure actuellement pour rejoindre le centre de Paris, a expliqué Frédéric Cuvillier.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle