Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Prix "entrepreneur"

Gaëlle Fleitour

Publié le

René Chelle - L’aventurier des biotechnologies.

Prix entrepreneur © Dominique Delpoux

L’entrepreneuriat, René Chelle, l’a toujours eu dans la peau. Il crée sa première société, Setric, en 1972, cinq ans après avoir bouclé sa sortie de l’Institut du génie chimique de Toulouse, et un poste en R et D à l’usine AZF. "Je n’avais pas de projet, mais j’ai immédiatement identifié une activité avec un potentiel d’innovation : la biotechnologie, raconte René Chelle. J’ai cherché l’appui scientifique de laboratoires académiques, comme l’Insa, pour faire l’acquisition de technologies. Quelle fierté lorsqu’on réussit à développer et à amener des produits sur le marché !" Setric s’autofinance rapidement grâce à ses technologies innovantes issues de la fermentation, comme des levures de vinification. La méthode de René Chelle intéresse les grands groupes. En 1979, il crée Setric Biologie, spécialisé dans la microbiologie et l’enzymologie, en partenariat avec ELF Aquitaine. L’année suivante voit la naissance de Setric génie industriel avec LVMH, pour concevoir des procédés biotechs adaptés à la cosmétique. Mais, faute d’investissements financiers suffisants, ces deux sociétés sont cédées à des groupes américains.

René Chelle continue de tracer sa route de "serial entrepreneur". En 1981, François Mitterrand le décore de l’Ordre national du mérite au titre de la recherche et de l’innovation. "J’ai créé une bonne dizaine d’entreprises dans ma carrière, les trois quarts sont encore vivantes", se félicite-t-il. Depuis 1986, il s’est recentré sur la direction d’AB7 (Aquabio 7, nouveau nom de Setric), qu’il détient avec ses deux fils. Au début, la société était consacrée au traitement des eaux de piscines et d’aquariums par voie bactérienne. Mais, en 1995, des difficultés administratives ont obligé René Chelle à "pratiquement tout rebâtir avec de nouvelles technologies".

Son Déclic

"Ingénieur en R&D à ELF Atochem, j’étais chargé du développement de nouveaux process. J’ai identifié un secteur avec un potentiel d’innovation apte à essaimer une start-up : la biotechnologie."

En achetant des activités de colliers antiparasitaires pour chiens et chats, l’entrepreneur découvre la technologie des polymères actifs. Elle lui permet de développer un process permettant de charger dans une matrice polymère un actif programmable, qui sera libéré pour cibler une action ou une zone particulière. "Nous avons travaillé sur des polymères d’origine fossile, puis biodégradables et, enfin, à partir d’actifs végétaux, détaille le PDG. Cela nous a permis de pénétrer de nouveaux secteurs comme la médecine, avec des patchs médicamenteux." Après la cosmétique et l’agroalimentaire, René Chelle vise l’agriculture biologique, afin de piéger les insectes dans les vignes sans insecticide. Avec 90 salariés et 11,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’entreprise AB7, installée à Deyme (Haute-Garonne), exporte aujourd’hui 25 % de ses produits.

 

Les autres nommés :

Corentin De Chatelperron,
chef de projet Gold of Bengal, Association Watever

Antoine Leroy,
PDG de Koelis, pour le projet Urostation

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle