Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Prix du projet industriel] Franck Poirrier, l'homme qui visait les étoiles

, ,

Publié le

Il a eu l’idée de mettre sur le marché le premier viseur d’étoiles ultra low cost qui équipera les 900 satellites de la constellation OneWeb.

[Prix du projet industriel] Franck Poirrier, l'homme qui visait les étoiles
Franck Poirrier Sodern

Le New Space, ce mouvement impulsé par des milliardaires californiens qui rêvent de conquérir de l’espace, se construit également à Limeil-Brevannes dans le Val-de-Marne. Dans les sous-sols de la PME Sodern, qui fabrique des composants critiques pour satellites et fusées, de nouvelles salles blanches voient le jour pour démultiplier ses cadences de production. « Nous nous organisons pour produire un viseur d’étoiles par heure contre un par semaine auparavant ! », explique son PDG Franck Poirrier. La filiale d’Ariane Group et du CEA va produire plus de 1 800 viseurs d’étoiles en moins de trois ans… soit plus que l’industrie spatiale n’en a jamais produit depuis ses origines !

Et pour cause ! En 2015, la société de 360 salariés embarque dans l’un des projets les plus fous du secteur. Le milliardaire Greg Wyler et sa société OneWeb veulent apporter des connexions internet sur toute la surface du globe en mettant sur orbite 900 mini-satellites. Sodern est retenu parmi les premiers fournisseurs. Ses viseurs d’étoiles sont des bijoux de technologie. Ils pointent vers les étoiles afin d’orienter avec la plus grande précision le satellite dans l’espace. La performance est extrême : un viseur serait capable de distinguer depuis Paris une balle de golf déposée à Lorient.

Un esprit visionnaire

Ce succès doit beaucoup au discernement de Frank Poirrier. Avant même l’appel d’offres de OneWeb, il demande à ses équipes de travailler sur un viseur révolutionnaire ultra low cost. Et monte une task force dédiée regroupant les meilleurs spécialistes de l’entreprise. « J’ai laissé carte blanche aux experts pendant plusieurs mois sans leur imposer de budget », explique-t-il. Dix-huit mois plus tard, le résultat est bluffant. Le viseur d’étoiles est au moins dix fois moins cher que les produits actuels et tient dans le creux de la main, et non plus dans une boîte à chaussures. Pari gagné ! De quoi couronner la stratégie industrielle que Frank Poirrier, a impulsée depuis son arrivée à la tête de Sodern en 2004. En une dizaine d’années, le formidable laboratoire technologique spécialisé dans l’analyse de matière et l’optronique, capable jusqu’ici de faire des équipements sur mesure pour le CEA, le Centre national d’études spatiales (Cnes) ou la direction générale de l’armement (DGA), muscle ses capacités industrielles. Il entame également une diversification dans l’industrie minière qui permet aujourd’hui à l’entreprise d’afficher un chiffre d’affaires d’environ 70 millions d’euros contre 51 millions d’euros en 2003, juste avant son arrivée.

À 58 ans, le dirigeant en impose… dans tous les sens du terme. Pour deux centimètres de trop, son mètre quatre-vingt-six empêchera le diplômé de Polytechnique et de Sup’Aero de candidater au début des années 1980 au poste d’astronaute. Il gardera toutefois la tête dans les étoiles. À la DGA d’abord, où il occupera des postes clé à la direction des missiles et de l’espace. Puis dans l’industrie. Chez Aérospatiale, qu’il rejoint en 1998, il contribue au rapprochement des activités spatiales avec Matra et l’allemand Dasa donnant naissance à la branche spatiale du groupe EADS. Un parcours exceptionnel reconnu au plus haut niveau. En février dernier, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, salue en lui le capitaine d’industrie et le fait chevalier de la Légion d’honneur. La curiosité reste son principal moteur. « J’aime regarder et comprendre. J’ai appris à manier le fer à souder à l’âge de huit ans », confie-t-il. Il reconnaît un passe-temps, la généalogie… qui, comme l’analyse de lumière des étoiles lointaines, permet de remonter le temps. 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus