Prix du carbone, renouvelables, émissions… l’engagement écolo de Vallourec

Vallourec vient de décliner ses engagements internationaux sur le climat en mesures concrètes dans le cadre d’un nouveau plan stratégique dans son process industriel. D’ici à 2020, le groupe veut, entre autres initiatives, se doter d’un prix du carbone, se développer dans les éoliennes offshore ou encore abaisser ses émissions de CO2.

Partager

En juin dernier, lors du Business Climate Summit à Paris, réunion du monde économique en vue de la COP21, Vallourec a signé le "Business proposals in view of a 2015 international climate change agreement at COP21 in Paris", une initiative de 80 entreprises pour promouvoir le développement de solutions bas carbone.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Au sein de l’entreprise, cet engagement se traduit par l’élaboration d’une charte de développement durable visant à améliorer l’impact environnemental de sa production et de ses produits. Le spécialiste des tubes en acier, principalement destinés au secteur pétrolier, mais aussi à la pétrochimie et au secteur électrique, va déployer ce plan stratégique sur 5 ans.

Décisions d’investissements liées au prix du carbone

A titre d'exemple, le parapétrolier va se doter d'un prix du carbone interne qui sera pris en compte lors des décisions d’investissements.

"Il est pour l'instant difficile de définir à quelle hauteur s'établira ce prix, nous le calculerons dans les mois à venir", explique Jean-Louis Merveille, directeur du développement durable de Vallourec. Le groupe affirme cependant qu’il devrait être proche de ce qui se fait chez d'autres grands groupes du secteur. On peut penser ainsi à Total qui calcule tous ses investissements à l'aune d'un prix de 25 euros par tonne de carbone émis.

Autre exemple, Vallourec veut aussi déployer ses compétences pour le secteur des énergies renouvelables. Il s'agit de développer un nouveau design de fondations pour des éoliennes en mer, qu'elles soient fixes ou flottantes. Au lieu d'enfoncer des pieux par battage de tube, il s'agit de "forage et d'injection de pieux profilés", explique le groupe.

Réduire les coûts de l’éolien

L'intérêt est, d'une part, de diminuer le poids des équipements et, d’autre part, de diminuer le bruit dû à l’enfoncement des pieux dans le sol marin. Aujourd'hui, les solutions traditionnelles demandent de mettre en place de coûteux rideaux de bulles pour limiter la propagation des ondes sonores dans la mer. Vallourec assure que sa technologie permettra de s'affranchir de ce dispositif et de diminuer par deux le coût d'installation des fondations. Un prototype est en construction en Mer du Nord.

Un autre objectif est de diminuer les émissions de CO2 du groupe. Les émissions directes dues aux process de Vallourec s'établissent aujourd'hui à 1,2 million de tonnes de CO2 par an.

En prenant en compte la capacité de séquestration de CO2 de la forêt brésilienne de 240 000 hectares exploitée par Vallourec pour alimenter en charbon de bois son aciérie, les émissions du groupe s’établissent à 0,7 million de tonnes par an. Jean-Louis Merveille assure que ces émissions seront ramenées à 0,6 million de tonne d’ici 5 ans.

Pilotage industriel plus fin

Pour cela, le groupe s’est engagé sur un objectif de baisse des consommations d’énergie de 20 % en 2020 par rapport à 2008. "Cela passe par exemple par une meilleure mesure du fonctionnement des grands équipements (ndlr : 50 fours à gaz et 3 aciéries électriques) afin d’en piloter plus finement la consommation", explique Jean-Louis Merveille.

Reste à savoir si le parapétrolier, en difficulté à cause des prix très bas du pétrole, sera en mesure de mener à bien ce programme. Pour Jean-Louis Merveille, ce ne sera pas un problème : "Il y a quelques investissements à réaliser mais cela coûte en réalité très peu, en particulier au regard des gains à faire en matière de consommation énergétique, qui compte aujourd’hui pour 250 millions d’euros par an, soit 5 % du chiffre d’affaires."

Ludovic Dupin

0 Commentaire

Prix du carbone, renouvelables, émissions… l’engagement écolo de Vallourec

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie et Matières premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS