Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

[Prix alimentaires] La menace de la "culture du secret" dans le lait, et de la mondialisation pour le porc

Intissar El Hajj Mohamed , , ,

Publié le

Infographie Au cours d’une conférence donnée le 19 juin au ministère de l’Agriculture, le président de l’ Observatoire de la formation des prix et des marges , Philippe Chalmin, a présenté son rapport de l’année 2017. 

[Prix alimentaires] La menace de la culture du secret dans le lait, et de la mondialisation pour le porc
La culture du secret prévaut sur le marché français du lait.
© http://maxpixel.freegreatpicture.com/CC

En présentant les graphiques figurant les variations annuelles des prix dans l’agroalimentaire, mardi 19 juin, le président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPOM) indique que l’on remarque toujours une forte instabilité des prix à la production et leur stabilité à la consommation. Un contraste “frappant”, qu’il explique par la sensibilité des marchés aux aléas non seulement climatiques, mais aussi géopolitiques. 

La Chine à l’assaut du porc européen

Selon le rapport, les prix agricoles en France ont augmenté de 3% en 2017, mais un grand nombre de filières agricoles vendent en dessous de leurs coûts de production. Quant au détail des produits agroalimentaires, les filières charcutière et laitière semblent être les plus malmenées. Côté marché du porc, “longtemps un marché local voire européen et maintenant en train de se mondialiser” : une extrême instabilité des prix qui se “baladent entre 1,20 et 1,70 euros le kilo de carcasse”. Pourquoi ? Ce serait “l’impact des achats chinois”

"Culture du secret"dans l’industrie du lait

Mais “ce qui flambe dans une instabilité totale est le marché du beurre”. Chacun garde en tête la pénurie de beurre survenue il y a quelques mois. C’est là où entre en jeu l’industrie laitière, mise en cause pour sa “culture du secret” par le président de l’Observatoire. Car certains industriels sont récalcitrants à divulguer leurs comptes. Philippe Chalmin espère pouvoir présenter leurs compatibilités analytiques en 2019. Or, c’est justement sur ces derniers que reposent les chiffres du rapport. Le lait serait “comme le pétrole” ; comme au travers d’un “cracking”, il donne la crème et le beurre, d’où la grande complexité de la méthodologie employée. Par ailleurs, Philippe Chalmin espère pouvoir bientôt fournir les marges nettes par grands métiers de l’industrie laitière.

Nouveauté 2018, le président de l’Observatoire s’attaque au sucre, produit que ses études ne couvraient pas : “la fin des quotas sucriers ne pouvait pas tomber à un pire moment !”. Pour conclure, interrogé sur le plus grand gagnant, le président de l’OFPOM insiste : “c’est le consommateur et il ne s’en rend même pas compte”

                                                                                                                                                                          

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/06/2018 - 10h58 -

La mondialisation produit ses effets. Autrefois les gens vivaient de l'alimentation produite par le pays, la concurrence interne maintenait les prix accessibles au plus grand nombre.Seuls les excédents étaient exportés. Aujourd'hui avec les politiques, la technocratie prédatrice de besoins insatiables et les grands groupes internationaux capables de mettre en pièces l'organisation même d'un pays, en achetant toute la production d'une région,ou en les mettant en concurrence, les pays ne produisent plus pour nourrir leur population mais pour vendre au plus offrant sur le marché international la captation de notre savoir faire en utilisant les équipements que nous payons par l'impôt ? Mais qu'avons nous fait pour mériter d'avoir un pays qui ne serait plus capable de nourrir ses enfants qu'avec des produits importés bas de game vecteurs de maladies et producteurs de désordres de toutes natures cause même des migrations qu'on nous sommes d'accepter comme une conséquence de cette inconsé ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle