Privé de Zodiac, Safran devrait repartir à la chasse

par Cyril Altmeyer

Partager

PARIS (Reuters) - Safran devrait rechercher de nouvelles cibles dans les systèmes électriques aéronautiques, après avoir dû renoncer à une offre sur son concurrent Zodiac, qui lui aurait permis de se renforcer sur ce type d'activité, estiment vendredi des analystes.

Rien n'empêche cependant l'équipementier spécialisé dans l'aéronautique, la défense et la sécurité, de revenir à la charge d'ici six mois, une fois levée le gel règlementaire imposé par l'Autorité des marchés financiers (AMF), observent certains d'entre eux.

L'abandon du projet par le groupe d'électronique d'aéronautique, défense et de sécurité, anticipé par le marché, permet à Safran de s'octroyer 4,31% à 23,615 euros vers 12h00, tandis que Zodiac chute de 5,92% à 48,80, après avoir chuté de 9% en ouverture.

Safran a annoncé jeudi soir qu'il ne ferait pas d'offre publique sur Zodiac, les conditions d'un rapprochement amical entre les deux groupes n'étant selon lui pas réunies en l'état actuel.

Safran avait déjà monté de 5% la veille et Zodiac, baissé de 1,7%, les analystes anticipant en effet un retrait de Safran depuis la sommation lancée mercredi soir par l'AMF. Le gendarme de la Bourse avait demandé à Safran de clarifier ses intentions sur Zodiac avant ce vendredi 9h00.

Au bout de quatre mois d'offensive, Safran s'est constamment heurté au refus des actionnaires familiaux de Zodiac qui avaient même noué en septembre un nouveau pacte pour se défendre contre cette offensive.

Zodiac, qui publiera ses résultats annuels mardi matin, n'a pas fait de commentaire.

L'AMF a tapé du poing sur la table mercredi en réaction aux propos du président du directoire de Safran Jean-Paul Herteman, qui a estimé plus tôt ce jour-là qu'une offre hostile sur Zodiac était une "possibilité".

RECULER POUR MIEUX SAUTER ?

Le gendarme de la Bourse rappelle dans un communiqué vendredi matin que ses règles empêchent Safran de déposer un projet d'offre pendant six mois, soit jusqu'au 18 mai 2011 "sauf à justifier de modifications importantes dans la situation".

Une éventuelle offre amicale soutenue par Zodiac entrerait dans cette catégorie et pourrait à ce titre être examinée par l'AMF.

"Le fait que la possibilité d'une offre est reportée pendant six mois ne signifie pas que Safran n'y reviendra pas", a noté un trader.

La perspective d'un rapprochement à court terme entre Safran-Zodiac s'éloigne donc, UBS estimant même dans une note qu'un mariage Safran-Zodiac est désormais hautement improbable à quelque moment que ce soit.

"La perspective d'une grosse acquisition destructrice de valeur avait éloigné bon nombre d'investisseurs de Safran", souligne la banque. "Safran devient ainsi un investissement attractif avec un risque moindre".

UBS a également abaissé sa recommandation sur Zodiac d'acheter à neutre.

CM-CIC constate de son côté que les déclarations de Safran ont accentué l'intérêt spéculatif autour de Zodiac et mis en avant la réussite de son modèle économique.

"Zodiac gagne du temps pour préparer sa défense et éventuellement une recomposition de son actionnariat", souligne aussi l'intermédiaire.

Zodiac, qui affiche une capitalisation de 2,7 milliards d'euros, a gagné 67% depuis le début de l'année, tandis que Safran, qui pèse 9,8 milliards en Bourse, a pris 72% dans le même temps, surperformant tous les deux largement l'indice de l'industrie qui a pris 24,8% depuis le début de l'année.

Les actionnaires familiaux détiennent 32% du capital et 44% des droits de vote de Zodiac, le solde étant le flottant.

Le pacte d'actionnaire noué en septembre rend incessible 26,8% des actions du groupe et 36,2% des droits de vote exerçables jusqu'au 26 avril 2012. En ajoutant le soutien d'actionnaires proches des familles, environ 29,5% du capital et 40,5% des droits de vote exerçables sont ainsi protégés.

Du côté de Safran, l'abandon du projet d'offre sur Zodiac rend moins urgente toute cession de ses 22,75% dans le fabricant de terminaux de paiement électroniques Ingenico, a également noté un trader.

Safran a récemment annoncé l'acquisition de l'américain L-1 Identity Solutions afin de se renforcer dans la sécurité, ainsi que SNPE Matériaux Energétiques (SME) et ses filiales pour leurs activités de propulsion de fusées cruciales pour les missiles militaires et lanceurs spatiaux.

Le groupe dirigé par Jean-Paul Herteman et Thales avaient par ailleurs mis fin en juin à leurs discussions sur de possibles échanges d'actifs, réclamés par l'Etat, leur actionnaire commun, qui plaide pour une fusion de leurs bureaux d'études dans une période de contractions des budgets de défense.

Avec Juliette Rouillon, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS