Priorité aux transports dans le budget 2017 de la région Île-de-France

Avec une enveloppe de 738 millions d’euros, les transports constituent la priorité du volet investissement du budget 2017 du conseil régional d’Île-de-France qui prévoit également un plan d’urgence pour les lycées.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Priorité aux transports dans le budget 2017 de la région Île-de-France
RER B

Avec une enveloppe de 738 millions d’euros en autorisations de programme, les mobilités, et en particulier les transports en commun, constituent la grande priorité du volet investissements du budget 2017 du conseil régional d’Île-de-France qui sera soumis au vote de l’assemblée régionale à partir du 23 janvier 2017 et dont les grands axes ont été présentés le lundi 9 janvier, par Valérie Pécresse, Présidente de la région, et Stéphane Salini, vice-président chargé de finances.

En hausse de 23 % par rapport à l’exercice 2016, cet effort d’investissement jugé "sans précédent" par la gouvernance régionale va notamment permettre de financer partiellement le renouvellement ou la rénovation d’ici 2021 de 708 trains du Réseau express régional décidés en juillet 2016 par le Stif (Syndicat des transports d’Île-de-France) ainsi que plusieurs grosses opérations d’infrastructures : lancement du Tramway T9 entre Paris et Orly et du train-tram Massy-Evry, prolongement du RER E à l’Ouest et de la ligne 11 du métro parisien vers Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), électrification de la ligne P reliant Paris à Troyes (Aube).
L’investissement de 738 millions d’euros sera aussi consacré à la poursuite de l’élaboration du plan vélo ainsi qu’à celle du plan bus qui devrait être caractérisé par une refonte des dessertes et, surtout, le déploiement sur plusieurs années de 1 000 véhicules supplémentaires pour réaliser "le Grand Paris des bus".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Sauvetage du financement du Pass Navigo

Comme la région ne veut pas oublier les automobilistes des enveloppes sont également prévues pour le lancement du plan anti-bouchons visant la suppression de quelques points noirs de circulation. Quant au Pass Navigo "son financement est sauvé", a assuré Valérie Pécresse. La région a en effet signé un protocole avec l’Etat permettant de financer de façon pérenne le manque à gagner représenté par le passage au tarif unique en 2015 (300 millions d'euros, ndlr). 200 millions d'euros proviendront de l’alignement du versement transport acquitté par les entreprises et le reste d’une hausse de la TICPE (Taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques).

"Lors de la campagne électorale, nous nous sommes engagés en faveur d’une région exemplaire, décarbonnée, propre et verte", a précisé Valérie Pécresse. 86,1 millions d’euros (+ 35,5 %) seront dédiés aux investissements pour la politique régionale d’environnement qui sera surtout axée sur l’amélioration de la qualité de l’air. Quelque quatre millions iront au Fonds air bois pour faciliter le remplacement des vieilles chaudières polluantes et autant pour l’aide au renouvellement des véhicules polluants des professionnels.

505 millions d’euros (+ 25,8 %) seront par ailleurs investis dans les lycées franciliens. "Une trentaine d’établissements se trouvent dans un état aggravé", a relevé Stéphane Salini qui a annoncé "le lancement d’un plan d’urgence qui sera présenté en mars". La région a d’ores et déjà prévu de lancer 13 chantiers de rénovation en 2017 tout comme elle s’est engagée à augmenter les financements des CFA avec pour objectif d’accompagner, en 2017, 4 000 apprentis supplémentaires.

Soutenir 3 000 entreprises dans leur démarche de développement

Le budget régional dégage également une enveloppe d’investissement de 141 millions d’euros (+34,8%) pour accélérer le développement économique avec pour objectif de soutenir 3 000 entreprises dans leur démarche de développement et d’innovation.
Pour favoriser ses investissements, le conseil régional a rogné sur ses dépenses de fonctionnement. "En deux exercices nous aurons réalisé 253 millions d’euros d’économies soit les deux tiers des 400 millions d’économies que notre majorité avait, pendant la campagne, annoncé vouloir réaliser", s’est félicité Valérie Pécresse.

Patrick Désavie en Île-de-France

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS