Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Prevviz veut donner aux entreprises les outils pour qu'elles se saisissent du problème de l'absentéisme

Christophe Bys , ,

Publié le

Pour résoudre l'absentéisme, il faut bien s'y mettre à deux, un ancien dirigeant d'assurance et une entreprise spécialisée en big data et IA, Quinten. A eux deux, ils lancent une solution qui mesurera en temps réel le coût actuel et à venir de l'absentéisme. Le rêve du fondateur de Prevviz, Denis Campana : que mieux informées, les entreprises décident d'agir.

Prevviz veut donner aux entreprises les outils pour qu'elles se saisissent du problème de l'absentéisme
Des données pour mieux comprendre les causes de l'absentéisme... et agir.

Les entreprises citées

Pour lutter contre l'absentéisme, ils se sont associés. D'un côté, Quinten, une entreprise spécialiste du big data habituée à travailler pour les entreprises du CAC 40 et dirigée par Guillaume Bourdon ; de l'autre, Denis Campana, ancien dirigeant de Mercer France, qui plutôt que de passer sa retraite à jouer au golf a décidé de se lancer dans une aventure entrepreneuriale. "Je voulais sortir du réflexe classique de l'assureur qui est d'augmenter les primes ou de baisser les recettes quand un régime est en déficit", explique-t-il. Comment ? " En mobilisant les données que possède l'entreprise sur ses salariés et que l'assureur ne voit pas", poursuit l'actuaire devenu startuper. 

Tableau de bord synthétique

Le service s'appelle Prevviz et assure pouvoir créer un tableau de bord très synthétique sur l'absentéisme pour toutes les DRH soucieuses de gérer cet indicateur au plus près. Denis Campana affirme pouvoir calculer mois après mois le coût exact de l'absentéisme maladie pour l'entreprise... et surtout en temps réel. 

Un des enjeux pour les DRH est que, si elles savent, quand commence un arrêt-maladie, il est impossible d'anticiper sa fin réelle. Avec les outils de big data développés par Quinten, il devient possible de l'estimer au mieux. "Dans une entreprise, le risque n'est pas homogène d'un service à l'autre. Ce que notre outil permet de faire c'est aussi de le cartographier" précise Denis Campana. 

Chez Quinten, on explicite comment fonctionne ce moteur. "Nous possédons un outil propriétaire de machine learning pour la modélisation de l'absentéisme". L'enjeu pour les tenants de cette solution est de prouver aux entreprises qu'elles ont intérêt à se saisir du sujet. L'existence d'assurances peut tenter certaines de s'en désintéresser. Elles deviennent fatalistes : c'est un coût qu'elles considèrent ne pas maîtriser, payant des primes croissantes.

Un outil pour savoir... et agir

Pourtant, Denis Campana en est convaincu : les entreprises doivent se saisir de ce sujet car ce sont elles qui ont les données pour le comprendre, le mesurer et l'anticiper. Toutefois, il n'ignore pas que cela ne sera pas simple. C'est une question un peu taboue, explique-t-il en substance. S'intéresser aux raisons de l'absentéisme, c'est prendre le risque d'un effet boomerang douloureux. Les entreprises craignent si elles mettent ce sujet en discussion qu'on évoque la pression économique trop forte, des conditions de travail trop difficiles... et qu'en voulant faire mieux, elles se retrouvent accusées. Denis Campana et Guillaume Bourdon estiment que Prevviz peut les aider à sauter le pas. 

Une fois qu'elles ont l'information, reste à agir. Car, dans le modèle de Prevviz, si l'IA est une aide pour mesurer et comprendre, elle ne règle pas tous les problèmes. Le conseil peut être fait par un spécialiste capable de prendre les mesures idoines, une fois la situation de l'entreprise comprise. Cela passe par une attention portée à la qualité de vie au travail, apte à faire remonter l'indice de qualité de vie au travail.  

La création de Prevviz remonte à il y a un an. Il va être lancé sur le marché dans les semaines à venir. A l'ère numérique, pas question de faire une usine à gaz. La solution a été développée en mode SaaS (avec une facturation au nombre de salariés) avec un accès possible depuis un smartphone. Dans un premier temps, les entreprises visées comptent entre 5 000 et 10 000 salariés, pour que les données soient suffisantes. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle