Pression accrue sur Qualcomm après la perte de son bras de fer avec BlackBerry

Qualcomm est contraint par un arbitrage à rembourser BlackBerry un trop-perçu de 814,9 millions de dollars sur les redevances payées pour l'utilisation de ses brevets. Une issue qui pourrait servir de précédent à d’autres constructeurs de mobiles en difficultés et accentuer la pression pour qu’il change ses pratiques.

Partager
Pression accrue sur Qualcomm après la perte de son bras de fer avec BlackBerry

Dénouement du litige qui oppose Qualcomm et BlackBerry au sujet des redevances payées par le second au titre de l’utilisation des brevets du premier. L’arbitrage, auquel ils ont fait appel pour régler leur différend, contraint le géant américain des puces mobiles à rembourser le constructeur canadien de smartphones un trop-perçu de 814,9 millions de dollars, majoré des intérêts et frais "raisonnables" d’avocat. La décision doit être confirmée par la section arbitrale du tribunal de San Diego, en Californie, le 30 mai 2017.

Chute des livraisons de smartphones de BlackBerry

En tant que constructeur de smartphones, BlackBerry payait des redevances sur les brevets de Qualcomm dans les technologies mobiles 3G et 4G. Une partie de ces redevances était prépayée en fonction des volumes attendus de ventes. Qualcomm la considère comme non remboursable.

Le contentieux porte sur les redevances prépayées entre 2010 et 2015. Une période pendant laquelle les livraisons de smartphones de la marque canadienne ont plongé d’un pic de 14,6 millions d’’unités au quatrième trimestre 2010 à moins de 1 million de pièce au quatrième trimestre 2015, selon IDC. BlackBerry estime ses prépaiements de redevances ne pas correspondre à la réalité de ses volumes de vente et réclame le remboursement du trop-perçu, ce que Qualcomm refuse. Pour régler le litige, les deux parties ont convenu en avril 2016 de s’en remettre à une procédure d'arbitrage.

Le cas de BlackBerry, un précédent ?

Qualcomm ne peut s’empêcher de marquer son désaccord avec la décision arbitrale même s’il doit l’appliquer, puisque une décision d’arbitrage qui ne peut faire l’objet d’aucun appel. C’est qu’il craint qu’elle n’ouvre la boîte de pandore. D’autres constructeurs de mobiles en déclin sur le marché, comme HTC, Sony ou Lenovo pourraient utiliser ce cas comme précédent pour formuler des exigences similaires. Dans son communiqué, Qualcomm prend bien soin d’insister sur le cas particulier de BlackBerry.

Il disait la même chose lorsque la Chine lui a infligé en février 2015 une amende de près de 1 milliard de dollars pour abus de position dominante dans l’attribution de licences de ses brevets dans les technologies cellulaires 3G et 4G. Il n’empêche que depuis cette action, les poursuites des autorités de la concurrence se sont enchainées en Corée du Sud, à Taiwan, dans l’Union européenne et même récemment aux Etats-Unis. Partout, les même reproches: abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles dans les technologies cellulaires 3G et 4G.

Révolte d'Apple

Depuis 2015, Qualcomm est manifestement sur la défensive. Il doit faire face non seulement aux actions des autorités de la concurrence dans de nombreux pays mais aussi à la gronde des constructeurs de mobiles. Son plus grand client, Apple, a fini par se révolter en engageant des poursuites à son encontre aux Etats-Unis et en Chine pour pratiques de redevances excessives. L’enjeu pour Qualcomm est considérable. Les revenus tirés de la valorisation de ses brevets lui rapportent 70% de son bénéfice pour 20% seulement du chiffre d’affaires total.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS